Cet article date de plus de neuf ans.

Agir par la pensée dans les jeux vidéo

écouter (4min)
Contrôler un jeu vidéo sans manette de jeu, simplement par la pensée : des chercheurs et des développeurs de jeu vidéo y travaillent. Mais comment comptent-ils s'y prendre pour connecter notre cerveau à une console de jeu ?
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
  (©)

Lorsque vous pensez à quelque
chose, des neurones dans votre cerveau communiquent entre eux en échangeant des
courants électriques. Et ces signaux électriques peuvent être enregistrés à
l'aide d'électrodes que l'on place à la surface du crâne.

Il s'agit
d'analyser en temps réel l'activité électrique émise par votre cerveau, et de
la traduire en commande pour un ordinateur et pourquoi pas pour agir sur un jeu
vidéo.

Une démonstration a été organisée par

des scientifiques et des professionnels du jeu vidéo

Il s'agissait de montrer
les dernières avancées réalisée dans le cadre d'un projet de recherche baptisé
Open VIBE2. Un projet rassemblant entre autre des organismes de recherche
aussi important que l'INRIA, l'INSERM ou encore le CEA et des développeurs de
jeu vidéo.

Des chercheurs du CEA ont
développé un jeu baptisé Brain arena , un jeu de football
très très simplifié. A l'écran ça rappelle un peu des jeux du début des années
80, avec à chaque extrémité de l'écran deux cages de but. Au centre un point
représente la balle et il s'agit de diriger par la pensée la balle dans le but
de l'adversaire.

Les deux joueurs ont donc des d'électrodes sur la tête. Ca
ressemble à une sorte de bonnet de bain avec des petites pastilles de couleurs
sous lesquelles se trouvent les électrodes qui sont reliées à des fils électriques. Les deux démonstrateurs qui étaient ainsi accoutrés ne
bougeaient pas d'un cil. Ils regardaient l'écran très concentrés, immobiles.

Pour déplacer la balle les joueurs doivent imaginer qu'ils
déplacent leur main. Le joueur qui veut envoyer la balle dans le but de gauche
doit penser qu'il bouge sa main gauche. Et inversement l'autre joueur pense
qu'il bouge sa main droite pour l'envoyer dans les cages de droites.

Mais attention les joueurs doivent bien imaginer qu'ils
bougent leur main et pas qu'il voit bouger leur main. Auquel cas ce serait
l'aire visuelle qui s'activerait dans leur cerveau (et non plus les aires
motrices). Bref ce serait loupé.

Mais aux dires de ces joueurs après 10 minutes d'apprentissage
on y arrive.

Un autre jeu , présenté par un studio de développement cette fois
(Kylotonn Games ). Le joueur doit détruire les méchants en fixant le carré rouge
qui clignote au dessus d'eux. Ce carré clignote à une certaine fréquence. Quand
le joueur le regarde, à l'arrière de son cerveau des neurones envoient un
signal spécifique de cette fréquence. L'ordinateur peut donc savoir quel ennemi
il est entrain de regarder. Il devient donc possible de détruire les ennemis en
les fusillant du regard.

Un jeu pour apprendre à se concentrer imaginé par le centre
de recherche CLARTE. A terme ce jeu serait destiné aux enfants atteints de
trouble de déficit de l'attention  et
hyperactivité.
L'idée est de plonger l'enfant dans l'environnement virtuel
d'une classe à l'aide de lunette 3D. Parallèlement on mesure l'activité
cérébrale de l'enfant. Lorsqu'il se déconcentre 
cela a un impact sur son environnement virtuelle par exemple les
affaires posées sur son bureau se mettent à léviter (sa trousse se soulève, son
cahier etc....) du coup il doit faire un effort de concentration pour que ces
affaires se reposent sur sa table. Une façon de lui apprendre à se
concentrer.

Encore à l'état de prototype

Pour le moment ce sont des prototypes, des pistes de
recherches. Ca ne marche pas à 100 %. Ca marche mieux avec certaines personnes
que d'autres, les équipements sont couteux.

A vrai dire le jeu vidéo entièrement piloter par la pensée vendu
en super marchés on y est pas et on y sera peut être jamais.

On parlait à l'instant du travail des chercheurs du CEA qui
ont mis au point de nouvelles techniques pour mieux filtrer et interpréter les
signaux électriques du cerveau

Le projet a aussi permis de faire des avancées en
neuroscience. Des chercheurs de l'INSERM ont par exemple identifié des
activités cérébrales liées à l'attention et à la distraction.

Et puis du côté des industriels du jeu vidéo certains
semblent y croire à ces jeux commandés par la pensée. Enfin mon conseil :
attendez encore un peu avant de jeter vos joysticks à la poubelle.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.