Épilation : des nouvelles techniques sûres ?

De plus en plus de femmes se laissent tenter par l'épilation définitive ou permanente. Mais ce n'est pas sans risques : lumière pulsée ou laser, que faut-il penser de ces techniques de pointe, y a-t-il urgence à mieux les encadrer ?

Voir la vidéo

Il y a un an, Marie Malraux intègre une formation chez un professionnel de l'épilation dite définitive. Les apprenties s'exercent les unes sur les autres. Et pour elle, l'exercice va dégénérer : "Au moment où on me flashe, je n'ai pas de craintes particulières, je me laisse faire, puisque c'est sous la responsabilité de la directrice de formation, qui nous donne les réglages. Et ensuite, c'est le soir que je me suis aperçue que j'avais été brulée", témoigne-t-elle. Elle est brûlée au premier degré sur les deux jambes. Un an après, des traces subsistent.

Plus la peau est foncée ou bronzée, plus le risque de brûlure augmente

C'est avec la méthode de la lumière pulsée que Marie dit avoir été brûlée. En France, la technique est utilisée par des esthéticiennes. Les médecins, eux, emploient le laser. Ces deux méthodes d'épilation longue durée sont basées sur le même principe : un faisceau lumineux est projeté sur le poil, et détruit le bulbe en ciblant la mélanine. Problème : c'est aussi le pigment qui colore notre peau. Donc plus la peau est foncée ou bronzée, plus le risque de brulure augmente.

Le JT
Les autres sujets du JT
De plus en plus de femmes se laissent tenter par l\'épilation définitive ou permanente. Mais ce n\'est pas sans risques : lumière pulsée ou laser, que faut-il penser de ces techniques de pointe, y a-t-il urgence à mieux les encadrer ?
De plus en plus de femmes se laissent tenter par l'épilation définitive ou permanente. Mais ce n'est pas sans risques : lumière pulsée ou laser, que faut-il penser de ces techniques de pointe, y a-t-il urgence à mieux les encadrer ? (FRANCE 2)