Cet article date de plus de neuf ans.

Dépister au plus vite l'amblyopie

écouter (4min)
Il faut déceler au plus tôt les troubles visuels de l'enfant et en particulier l'amblyopie. C'est l'alerte que viennent de lancer conjointement la Société Française d'Ophtalmologie et l'Association Nationale pour l'Amélioration de la Vue.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
  (©)

Sur les 750.000 enfants qui naissent chaque année, 100.000
ont déjà ou vont avoir un problème de vision. Mais ces troubles ne sont pas
toujours dépistés à temps. Dans certains cas, les conséquences peuvent être sévères.
Si les spécialistes alertent les parents sur la nécessité d'un dépistage
précoce, c'est surtout pour mettre l'accent sur l'amblyopie.

Quand on parle d'amblyopie, cela veut dire que l'enfant est
borgne ou présente une dégradation profonde d'un œil. C'est une sorte de
paresse d'un œil qui ne transmet plus les informations visuelles au cerveau,
explique le Dr Marie-André Espinasse-Berrod, ophtalmologiste pédiatrique, à
l'hôpital Necker à Paris. L'œil n'est qu'un capteur et nous voyons
essentiellement avec notre cerveau. On estime que 4 à 5% des enfants sont amblyopes
dans les pays industrialisés.

L'importance du dépistage

Un dépistage précoce permet de dépister la cause de l'amblyopie,
comme le strabisme. Il est important pour les spécialistes de ne pas
laisser s'installer l'amblyopie, et de rééduquer l'œil.

La rééducation dure quelques mois pendant lesquels on
met un cache devant l'œil performant afin de faire travailler l'œil amblyope. On
ajoute le plus souvent des lunettes adaptées. Ces deux moyens permettent de renverser
la situation et de ramener le cerveau à récupérer toutes les images.

De bons résultats

Plus le dépistage a lieu tôt, plus le traitement est
efficace, simple et rapide. Avant 4 ans, la récupération est presque
totale : 95% des cas. Après 6 ans, elle est beaucoup plus faible :
20% des cas. Après 8 à 10 ans, elle est nulle. L'enfant sera borgne.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.