Cet article date de plus de sept ans.

La Montagne, Ouest-France : le salut par le numérique ?

écouter (10min)
Le groupe Centre-France la Montagne vient d'annoncer un vaste plan de réorganisation : 230 postes vont être supprimés au sein des titres et l'accent sera mis sur le numérique. Au même moment, Ouest-France présente son nouveau projet : un quotidien du soir pour tablettes tactiles. Face à la crise de la presse, les groupes veulent croire au numérique.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Franceinfo (Franceinfo)

Au sein du groupe Centre-France la Montagne, basé à Clermont-Ferrand, 230 postes au moins devraient être supprimés, soit 15% des effectifs. La Montagne, l'Yonne Républicaine ou encore l'Echo Républicain vont être touchés par ce plan social, qui a pour but de faire des économies. "La presse vend de moins en moins" explique Michel Habouzit, directeur général du groupe. "Nos recettes publicitaires baissent également, car les annonceurs redéploient leurs budgets sur d'autres supports, notamment Internet et les portables."

Internet et les portables, voilà donc le nouvel horizon du groupe, qui promet de créer 60 postes pour accompagner l'évolution numérique des titres. Une maigre consolation aux yeux des syndicats, car cela ne compense pas les 230 emplois supprimés, d'autant ces nouveaux postes ne seront pas déployés partout : "Rien chez nous dans le Limousin" regrette Sylvain Compère, délégué du SNJ au Populaire du Centre, basé à Limoges. "Rien dans le Berry ou dans la Nièvre. Tous les postes seront basés à Clermont-Ferrand. On perd le contact avec les lecteurs."

La rédaction du Populaire du centre a voté cet après-midi une grève de 24h, tout comme le Journal du Centre à Nevers et le Berry Républicain à Bourges. Les salariés attendent maintenant de connaître les modalités de ce plan social.

Ouest-France proposera un quotidien à 18h sur les tablettes

Ouest-France est dans la même problématique que Centre-France La Montagne : des ventes en baisse, des recettes publicitaires en berne, un plan social en préparation et le numérique comme planche de salut. Ouest-France continuera à être chaque matin chez les marchands de journaux mais désormais il sera également chaque soir sur les tablettes, sur le modèle du quotidien Le Soir en Belgique. Chaque numéro sera facturé 89 centimes, soit le même prix que le téléchargement de l'édition matinale.

Le groupe promet de la vidéo, de la photo, de l'infographie animée dans ce nouveau quotidien, intitulé "L'Edition du soir". L'objectif est de toucher un public plus large que le lectorat traditionnel de Ouest-France.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Info médias

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.