François-Xavier Ménage dans les coulisses de "La bataille de l’Élysée" sur TF1 : "Les candidats n’oublient jamais complètement la caméra"

écouter (8min)

Le reporter suit la campagne présidentielle au plus près des prétendants. Le troisième volet de sa série-documentaire est diffusé lundi 7 février à 23h10. 

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
François-Xavier Ménage dans le studio de franceinfo, le 7 février 2022. (FRANCEINFO / RADIOFRANCE)

Montrer les dessous de la course à l’Élysée n’est pas nouveau, les chaînes proposent des reportages en immersion après chaque élection présidentielle. Mais d’habitude, ils sont diffusés après le premier tour, voire après le second.

TF1 a décidé de dévoiler les coulisses pendant la campagne, avec la série-documentaire en quatre parties La bataille de l‘Élysée. François-Xavier Ménage ainsi que Claire Leising et Elisa Helain de l’agence CAPA suivent les candidats dans leurs déplacements, leurs meetings, leurs réunions. "C'est vraiment casse gueule pour les candidats, parce que généralement, ils filent les secrets quand les électeurs ont déjà choisi. Et là, depuis le début, on leur dit "Nous, on va montrer tous les mois comment se fabrique votre campagne, comment vous endossez les habits de candidat."

"[Tous les candidats] ont dit oui, mais ça ne veut pas dire que c'est simple."

François-Xavier Ménage

à franceinfo

"On négocie de 8h du matin à 23h, raconte François-Xavier Ménage. C'est ça le plus gros du travail. II y a des portes qui s'ouvrent, qui se referment. Et quand c’est vraiment trop de la com, on explique ça ne nous intéresse pas." 

C’est en effet le risque : que les candidats manquent de sincérité de peur d’influencer le vote de manière négative pour eux, ou de dévoiler leur jeu par rapport à leurs adversaires. "On voit qu’ils s’épient entre eux, explique François-Xavier Ménage. Alors on peut imaginer qu'on est manipulé, mais quand on considère qu'une séquence qu'on a tourné est trop "pubeuse", on la met à la poubelle. On se rend compte quand même que la plupart des candidats ont compris que s’il n'y avait pas un tout petit peu de sincérité, ça ne marche pas pour eux. Ils n’oublient jamais complètement les caméras mais parfois ils pensent à autre chose et ça donne des moments de vérité." Comme par exemple, lorsque Sarah Knafo, la conseillère d’Éric Zemmour, prépare un meeting avec son champion. Ou lorsque Marine Le Pen rembarre un membre de son équipe qui ne lui a pas écrit le discours qu’elle souhaitait.

Lundi 7 février, pour le troisième épisode, les "petits" candidats font leur apparition, comme Nicolas Dupont-Aignan et Nathalie Arthaud. Toujours pas d’Emmanuel Macron puisqu’il n’est pas candidat, mais ses ministres font déjà campagne. Par exemple Amélie de Montchalin qui démarche les potentiels donateurs par téléphone.

La bataille de l'Élysée, lundi 7 février à 23H10 sur TF1.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.