Cet article date de plus de cinq ans.

"Disclose", un média d'investigation pensé comme une ONG

Financé uniquement par des dons, "Disclose" est un nouveau média d'investigation qui veut faire de l'information un "bien public". Son cofondateur Mathias Destal était l'invité de franceinfo.

Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min
Disclose, un média d'investigation financé par les dons. (FRANCEINFO / RADIOFRANCE)

Un média d'investigation déchargé de tout enjeu de rentabilité, c'est l'objectif de "Disclose", un site d'enquête à but non-lucratif et qui se revendique comme une ONG.

Ce nouveau site, dont la première enquête sera diffusée à l'automne 2019, se distingue par son modèle économique fondé uniquement sur les dons citoyens et le mécénat de fondations. Une "garantie d’indépendance" et "une manière de renouveler, de recréer un lien avec les lecteurs, avec les citoyens, en disant vous êtes les financeurs de l’information, vous êtes le quatrième pouvoir", explique Mathias Destal, cofondateur de "Disclose".

Des enquêtes en accès libre

Un financement participatif, lancé le 6 novembre, a permis de récolter plus de 76 000 euros. Une somme qui servira seulement à financer la première enquête. Un reportage au long cours, qui durera "entre 3 et 6 mois" et mobilisera 3 à 4 journalistes, détaille Mathias Destal. Un temps, et des moyens que les médias traditionnels n'ont "plus ou pas beaucoup" l'occasion de mettre à disposition des journalistes, regrette le cofondateur de "Disclose".

Disclose.ngo from disclose.ngo on Vimeo.

Le sujet de cette première enquête n'est pas encore connu, mais "Disclose" compte se concentrer sur six grandes thématiques : la délinquance financière, la santé publique, les crimes environnementaux, l'industrie agro-alimentaire, les libertés fondamentales et les droits humains, et la justice sociale. Des enquêtes qui seront toutes accessibles gratuitement sur le site de "Disclose", et sur les supports de ses partenaires, dont Radio France fait partie. 

Revoir l'interview de Mathias Destal :

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.