Cet article date de plus d'un an.

Anthony Bourbon, ancien SDF devenu millionnaire, intègre le jury de "Qui veut être mon associé ?"

écouter (8min)

L'émission qui met en relation des entrepreneurs et des investisseurs revient pour une deuxième saison sur M6.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Anthony Bourbon, fondateur de Feed, le 5 janvier 2022 sur franceinfo. (FRANCEINFO / RADIO FRANCE)

Ils sont 35 à venir présenter leur projet devant des chefs d'entreprises qui ont réussi. Ils n'ont que quelques minutes pour les convaincre de mettre de l'argent dans leur société. C'est le principe de l'émission "Qui veut être mon associé ?" sur M6, dont la première saison il y a deux ans n'avait pas fait le plein de téléspectateurs, mais le succès sur la cible des jeunes avait encouragé la chaine à tourner une nouvelle saison.

Le jury s'est enrichi de trois nouvelles recrues, dont le trentenaire Anthony Bourbon au parcours tourmenté : "J'avais un père violent, c'était difficile pour ma mère, confie-t-il. Je me suis retrouvé à la rue assez jeune, ça m'a obligé à sortir de ma condition, à ne pas trouver d'excuses, à travailler dur. Ça a été long et compliqué, j'ai connu beaucoup d'échecs mais ça fait partie de la réussite. Il faut essayer de transformer ses faiblesses en force pour s'en sortir."

À la tête d'une société dédiée à la nutrition

Aujourd'hui, le jeune homme est à la tête de Feed, une société dédiée à la nutrition qui compte 5 000 points de vente en Europe. À 33 ans, sans réseau, sans famille, sans avoir fait une grande école, il est millionnaire. "C'est important de pouvoir renvoyer l'ascenseur et d'aider les jeunes à prendre leur destin en main, à s'extraire de leur condition initiale, poursuit Anthony Bourbon. Si je participe à l'émission, c'est pour que les jeunes puissent s'identifier, voir des preuves par l'exemple."

"Aujourd'hui en France seulement 1% des entrepreneurs se sont faits seuls, 99% viennent de grandes familles ou de grandes écoles, explique-t-il. C'est compliqué quand on vient 'd'en bas' de trouver des exemples et de se dire 'moi aussi je peux le faire'. Quand on est dans une situation difficile, ça va être compliqué de s'en sortir mais c'est possible, il ne faut pas baisser les bras."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.