Cet article date de plus de huit ans.

"Le fils de Saul" : Auschwitz ou l'usine de la mort

Le film choc de la semaine dans les salles de cinéma, c'est "Le fils de Saul' , qui plonge le spectateur dans l'enfer des camps de concentration et qui a fait de son jeune réalisateur hongrois, Lazlo Nemes, l'une des révélations du dernier festival de Cannes.
Article rédigé par Florence Leroy
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 8 min
  (une image du film "le fils de Saul" © Ad Vitam)

"Le fils de Saul" est le premier film de Lazlo Nemes qui, à 38 ans, fait  preuve d'une audace et d'une rigueur impressionnantes. Lazlo Nemes prend en effet le risque de nous plonger au coeur du camp d'Auschwitz, sujet on ne peut plus sensible, et plus précisément au coeur des sonderkommando , ces groupes de prisonniers juifs qui étaient obligés d'assister les nazis dans leur plan d'extermination.

Mais en choisissant d'adopter le point de vue d'un seul prisonnier,  dont la caméra suit en permanence les gestes devenus  automatiques,  la course quotidienne sous les cris des nazis pour survivre et accomplir ses tâches en regardant à  peine les cadavres qu'il charrie ou les cendres qu'il passe ses journées à déblayer, le cinéaste parvient à éviter le voyeurisme.

L'horreur véritable 

Le champ de vision du spectateur, même au plus près des fours crématoires, reste celui, parcellaire, de cet homme devenu un ouvrier de la mort, un robot, privé d’émotion. Et c'est justement en montrant ces camps comme des usines, et ces hommes comme des automates déshumanisés, que le cinéaste tient la complaisance à distance, et montre l’horreur véritable.

L'expérience n'en est que plus marquante, et le choc plus puissant, comme l'avait notamment ressenti le jury du dernier festival de Cannes en lui décernant son Grand Prix.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.