Info culture, France info

Chantiers d'Europe, un festival engagé

Le festival est né en 2010 au Théâtre de La Ville et s'est élargi dans une dizaine de lieux dans Paris, dont la maison de Radio France. Le festival s’est engagé pour soutenir les artistes d'Europe du sud, ceux qui ont le plus souffert ces dernières années.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
(© Théâtre de la Ville)

Danse, musique, théâtre, cinéma, arts plastiques, après la crise financière de 2008 le festival s’est engagé pour soutenir les artistes d'Europe du sud, ceux qui ont le plus souffert ces dernières années. Ils viennent d'Italie, de Grèce, du Portugal, d'Espagne. Si l'Europe des citoyens semble à la traine, l'Europe de la culture existe.

La France est depuis longtemps un moteur, l'allemand Tomas Ostermeier, l'anglais Simon Mc Burney, l'italien Roméo Castellucci ou l'espagnole Angelica Liddel disent tous leur reconnaissance pour le Festival d'Avignon, le Festival d'automne et Chantiers d'Europe est arrivé à point nommé pour les jeunes artistes du Sud de l'Europe.

Alors que la France est en pleine crise avec le conflit des intermittents, dans ces pays-là les coupes budgétaires ont été violentes. En Grèce, des collectifs squattent des lieux, en Italie les artistes se regroupent, le propos se fait plus politique, c'est de la résistance active. Le chorégraphe portugais Paulo Ribeiro propose jusqu'au 14 juin au théâtre des Abbesses Jim , une pièce pour six danseurs, sur la musique de l'album posthume de Jim Morisson des Doors, An american Prayer , une invitation à rester éveillé, un rituel de survie.

Une solution contre les intermittents

Sans dire que les intermittents grévistes sont des enfants gâtés par rapport aux artistes étrangers, une compagnie qui ne joue pas perd l'occasion de montrer son travail à tous les programmateurs qui courent les festivals et les enjeux économiques sont énormes. Paulo Ribeiro fait une proposition, sur le ton de l'humour, mais qui n'est pas dénuée de sens.

"Les Français ne jouent pas mais laissent jouer les autres. Il faudrait être très hospitalier et dire je ne joue pas, je lutte pour mes droits, mes je reçois et j’ouvre ma maison aux gens qui viennent de l’extérieur. Ce serait un beau geste. "

Chantiers d'Europe , jusqu'au 28 juin au Théâtre de la Ville et dans une dizaine de lieux à Paris

Le 28 juin 2014, le chanteur de flamenco Diego El Cigala sera au Théâtre de la Ville

 

 

 

 

 

(© Théâtre de la Ville)