Ils ont fait l'actu, France info

Que devient Alain Finkielkraut, après son passage mouvementé à Nuit Debout ?

16 avril 2016. Alain Finkielkraut est chassé du rassemblement Nuit Debout, place de la République à Paris. L’Académicien essuie quelques insultes et également un crachat. Les militants, mobilisés contre la loi Travail, lui reprochent sa haine et son mépris. Avec son épouse, le philosophe –très énervé- quitte la place de la République.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
(Alain Finkielkraut © Sébastien Baer - Radio France)

Avec son épouse, le philosophe –très énervé- quitte la place de la République. "J’ai été expulsé d’une place où doivent régner la démocratie et le pluralisme" s’agace Alain Finkielkraut, "donc cette démocratie c’est du bobard, cette démocratie, c’est un mensonge" .

"Je suis venu, j’ai vu "

Après son éviction musclée, Alain Finkielkraut a reçu de nombreux soutiens, de droite comme de gauche. Trois mois plus tard, la colère de l’Académicien est plus froide mais elle est toujours bien présente.  

"Si c’était à refaire, je ne le referais pas, parce que cette expérience m’a suffi. Nuit Debout s’est présentée comme une agora, un lieu de discussion, en réalité il y régnait l’entre-soi le plus étouffant, c’est une sorte de réinvention du totalitarisme"  condamne Alain Finkielkraut qui ironise, "Je suis venu, j’ai vu, j’ai été vidé, c’est une leçon intéressante" .

Le philosophe regrette aussi de ne pas avoir pu amorcer de discussion avec les militants, "Je voulais entendre leurs rêves, mais ma curiosité et ma seule présence étaient au-dessus de leurs forces, j’endommageais la place. Il fallait la purifier de ma présence",  note-t-il.

Insultes

Pris à partie par des manifestants, Alain Finkielkraut a répondu avec véhémence. Ce qu’il justifie aujourd’hui : "Je suis un être humain, je ne suis pas un logiciel, donc forcément je réagis et je ne voulais pas m’en aller, sous prétexte d’être digne tête basse. Je voulais au contraire tenir tête à mes agresseurs. C’est regrettable, mais c’est surtout regrettable pour Nuit Debout, beaucoup plus que pour moi"  observe Alain Finkielkraut.

Académie française

Quelques semaines avant cet épisode, le philosophe avait fait son entrée à l’Académie française, au fauteuil 21, précédemment occupé par Félicien Marceau. Il affirme avoir reçu le soutien de ses pairs,  

"Plusieurs Académiciens m’ont témoigné leur sympathie et leur soutien, j’ai senti qu’ils avaient été indignés et révoltés par cet épisode"  conclut Alain Finkielkraut qui se réjouit d’avoir rejoint la vénérable institution.

"Avec son goût de la belle langue, des formes et des usages, l’Académie française est un des rares lieux de résistance à toutes les formes de barbarie contemporaine ".

(Alain Finkielkraut © Sébastien Baer - Radio France)