Cet article date de plus de huit ans.

Comment les communes gèrent-elles les baisses de dotations ?

5 mars 2015. Michel Vergnier, député-maire de Guéret et trésorier de l'Association des maires de France (AMF), lance un cri d'alarme. Ce jour-là, il doit rencontrer Manuel Valls pour lui demander de stopper la baisse des dotations versées aux collectivités. Car les aides de l'Etat sont en chute libre et les communes dans le rouge.
Article rédigé par Sébastien Baer
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 10 min
  (Michel Vergnier, député-maire de Guéret et trésorier de l'Association des maires de France (AMF) © Radio France / Sébastien Baer)

5 mars 2015. Michel Vergnier, député-maire de Guéret et trésorier de l'Association des maires de France (AMF), lance un cri d'alarme. Ce jour-là, il doit rencontrer Manuel Valls pour lui demander de stopper la baisse des dotations versées aux collectivités. Car les aides de l'Etat sont en chute libre: 3 milliards et demi d'euros en moins cette année. 11 milliards d'ici 2017. Et les communes sont dans le rouge. Tout cela à cause du plan d'économie de 50 milliards du gouvernement.

"L'esprit qui est le nôtre est un esprit de négociation. On ne dit pas que les collectivités ne veulent plus participer. On dit qu'elles ne veulent pas le faire à la hauteur et à la rapidité qu'on nous demande ".

Statu quo

Mais Michel Vergnier est reparti déçu, après cette entrevue avec Manuel Valls. Le Premier ministre n'a rien cédé, rien promis et le trésorier de l'Association des maires de France n'a pas obtenu le report de la baisse de dotations de 30%. Si bien que trois mois après cette réunion, la situation de certaines villes s'est encore compliquée.

"La réalité des choses, c'est qu'on demande un effort aux collectivités par rapport à la dette publique. On n'est pas les responsables de la dette publique. On est responsable d'un tout petit pourcentage, " détaille Michel Vergnier qui dénonce une injustice: "On demande aux collectivités de faire le même effort en pourcentage quelle que soit leur richesse personnelle. C'est quelque chose qui n'est pas croyable ".

Situation délicate à Guéret

Avec un budget de fonctionnement de 18 millions d'euros, Guéret perdra par exemple un million d'euros l'année prochaine. Soit 6% du budget de fonctionnement en moins. "Il va falloir que l'on soit plus restrictif, plus exigeant avec certaines familles, dire à certains parents qui ne travaillent pas qu'on ne peut plus prendre leur enfant au restaurant scolaire. Ce n'est pas acceptable ce qui se passe ", dénonce le trésorier de l'AMF.

Pas question pour Michel Vergnier d'augmenter les impôts locaux pour compenser. "Ce n'est pas juste que l'on devienne impopulaire à cause d'une mesure que l'on juge anormale. Il faut que les choses se fassent dans la justice. On demande plus à ceux qui ont plus et on demande moins à ceux qui ont moins, " conclut le député-maire de Guéret qui met en garde contre les effets négatifs sur la croissance. Une journée nationale d'action est également prévue, le 19 septembre, pour protester contre la baisse des dotations de l'Etat.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.