Hyper revue de presse, France info

Valls épinglé par le Canard Enchaîné, des Français moins généreux sous l'effet de la crise

L'optimisme du gouverneur de la Banque de France, Manuel Valls épinglé dans le Canard Enchaîné, l'affaire de l'accouchement sur la route : la maman du bébé mort à la naissance évoque un concours de circonstance et s'indigne de la récupération politique et du comportement des médias. Egalement au sommaire : sous l'effet de la crise, et pour la première fois depuis des années, les Français risquent d'être nettement moins généreux avec les associations caritatives.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
(©)

 

Au
sommaire :

Christian
Noyer, gouverneur de la banque de France dans 20 minutes :
" Il me
semble que les conditions d'une sortie de crise sont réunies ".

Manuel Valls épinglé
dans le Canard Enchaîné :
"Valls tire à la Roquette sur les SDF de
Bastille" .

Du côté de la
presse numérique, un témoignage en forme de mise au point sur nouvelobs.com  :
"Je n'accuse personne" . C'est cette maman qui vient de perdre son
nouveau-né qui parle, cette maman dont le drame a relancé le débat sur la
désertification hospitalière et médicale. Ce qu'elle décrit, c'est surtout un
tragique concours de circonstance.

Les Français
risquent d'être moins généreux avec les associations caritatives :
c'est
encore un des effets de la crise que les associations redoutaient. Jusque là,
malgré tout, les donateurs étaient restés fidèles. Mais cet hiver, les soupes
populaires risquent de nourrir moins de monde et des projets d'écoles dans les
pays pauvres pourraient être reportés. Le Parisien et Aujourd'hui en France
dévoilent les résultats d'un sondage du nouvel Observatoire des générosités qui
sera lancé demain. Pour la première fois depuis des années, les prévisions
laissent penser que cette fois, les dons devraient nettement reculer.

Valérie Trierweiler fait condamner des journaux (Voici,
Closer et Public) pour des photos volées. Mais Libération relève que c'est
aussi l'occasion d'un " gentil recadrage " pour la Première dame de
la part de la juge des référés.

(©)