Hyper revue de presse, France info

La fronde contre ATOS

La société française Atos est vivement mise en cause par les handicapés ou invalides britanniques.

(©)

Atos, entreprise de
service informatique s'est vu confier en 2011 par le gouvernement britannique
en quête d'économie l'évaluation de toutes les personnes percevant ou
souhaitant percevoir une allocation handicapée. Objectif avoué : réduire le
nombre de prestataires. Atos a donc mis au point une méthodologie, un barème
par point, passé en revu 700.000 dossiers par an.

Bilan, selon les
derniers chiffres officiels : plus de la moitié des demandes d'allocation ou de
renouvellements refusés en première instance ! Là où le bât blesse raconte
le site Bastamag.net, c'est que, saisie par ces personnes déboutées, la justice
britannique a cassé depuis deux ans près de la moitié des dossiers montés par
Atos. 42% des procédures exactement donnent raison aux plaignants.

Autre souci : toutes
ces procédures ont un coup : 80 millions d'euros de frais de justice
supplémentaire payé par le contribuable britannique, ce qui est assez
contreproductif quand on cherche à faire des économies.

 

Selon le journal The Independent,
le gouvernement britannique aurait trouvé une parade : tous ceux qui porteront
l'affaire devant la justice verront désormais leurs droits et allocations suspendus
le temps de la procédure. Les associations de défense des handicapés, des
syndicats et les partis d'opposition ont du coup prévu une journée nationale
d'action demain.

 

L'image du jour : le monstre du Rottness...

(©)