Hyper revue de presse, France info

Kadhafi à Paris et la guerre démocrate

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Franceinfo
Franceinfo (Franceinfo)

Un homme à la une des journaux... Les lunettes noires de Kadhafi incontournables ce matin dans la presse.

Kadhafi à Paris, c'est la visite à grand spectacle pour le Figaro.
Rama Yade qu'on vient d'entendre sur France Info est à retrouver aussi à la une du Parisien, Rama Yade se fâche, titre le Parisien-Aujourd'hui en France, dans la Croix c'est son ministre de tutelle Bernard Kouchner pas franchement enthousiaste qui promet de ne pas oublier les victimes de Kadhafi, à la une de France Soir un ironique Bienvenue monsieur le démocrate... Ironique aussi le "Kadhafi mon ami" de Libération, Sarkozy tente de justifier une visite critiquée de toute part dit Libération.
Mais foin de la polémique : selon le Figaro qui s'adresse aux donneurs de leçons, non la France n'est en train de se prostituer à un tyran d'opérette, si elle reçoit Kadhafi c'est au nom de la Realpolitik, ce que la Tribune résume d'un titre : la visite à trois milliards, trois milliards de contrats au moins, de quoi faire passer la pilule de la Realpolitik.
Mais tout le monde n'a pas l'air convaincu, comme la Montagne, à Clermont-Ferrand, à mettre trop facilement le mouchoir pas toujours net de la Realpolitik sur les grands principes, c'est le crédit international de la France qu'on entame dit la Montagne.
Quant à Bernard Kouchner, l'ex-humanitaire de choc reconverti en ministre de la Realpolitik sarkozienne, s'il y en a un qui doit être mal à l'aise, c'est bien lui relève l'Alsace. Le journal rappelle que fin novembre, il a déclaré qu'il savait avaler son chapeau. Au rythme où ça va dit l'Alsace, il doit en manger un par jour...

Egalement dans la presse, les bonnes affaires des fortunes du Golfe...

Les Cheikhs du Golfe qui doublent leur fortune : c'est le Figaro qui fait leurs comptes...
Jamais ils n'auront été aussi riches.
Pour la duexièime année de suite, les monarques pétroliers du Golfe vont doubler le montant de leurs avoirs. Grâce à la flambée des prix du baril évidemment. Un chiffre astronomique : globalement les recettes des pétro-monarques liées à l'or noir vont grimper jusqu'à 320 milliards de dollars d'ici Noël.
Des fortunes qui ne servent pas seulement les intérêts des princes du Golfe : cette manne servira d'abord dit le Figaro à moderniser les Etats de la région, qui investissent aussi massivement pour préparer l'après-pétrole.

Direction maintenant les Etats-Unis, avec ce qui ressemble à un premier tournant dans la course à la Maison Blanche...

C'est à la une de la presse américaine et anglaise, qui contrairement à notre presse française ne s'intéresse pas beaucoup ce matin à la visite de Kadhafi en France, ce sera sans doute pour demain, mais pour aujourd'hui c'est une femme qui fait la une : c'est la First Lady de la télé américaine comme dit le Times de Londres, Oprah Winfrey, star entre les stars aux Etats-Unis... Pour la première fois, la First Lady cathodique s'engage dans une campagne présidentielle, c'est un événement aux Etats-Unis, et elle a choisi le démocrate Barack Obama, le rival numéro un d'Hillary Clinton pour l'investiture, de toutes les stars du show-biz c'est le soutien le plus précieux pour un candidat dit le Times...

Non, l'affaire n'est décidément pas dans le sac pour Hillary, dit le Washington Post, et même si pour beaucoup de Démocrates Hillary Clinton reste en position de favorite, il n'est plus question de faire comme si les jeux étaient déjà fait...
Le Guardian à Londres souligne qu'Oprah Winfrey apporte à Barack Obama toute la puissance de sa célébrité et avec elle une légion de nouveaux fans.
Pour le New York Times, c'est la guerre Clinton-Obama qui fait rage, la guerre par procuration : d'un côté la star Oprah Winfrey qui affiche son soutien à Barack Obama, de l'autre côté l'irruption dans la campagne de Chelsea Clinton, la fille de l'ex-président, jusque là très discrète sur le front médiatique... là aussi c'est un signe que la campagne démocrate s'accélère, Chelsea Clinton était pour la première fois dans un meeting aux côtés de sa mère Hillary.

Franceinfo
Franceinfo (Franceinfo)