Hyper revue de presse, France info

EADS, ADN et noces au PS

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Franceinfo
Franceinfo (Franceinfo)

INCONTOURNABLE CE MATIN : à la une du Figaro, le nouveau rebondissement dans l'affaire EADS... On reparle de délits d'initiés.

vous l'avez entendu dans le journal, le rapport qui accable, titre Le Figaro, c'est la note transmise au Parquet par le gendarme de la bourse, le rapport qui accable les dirigeants d'EADS mais aussi l'Etat pour délit d'initiés... Il y avait déjà eu des soupçons quand l'action s'est effondrée, mais selon le Figaro c'est bien tout l'état-major d'EADS qui était au courant de ce délit d'initiés massif...

EGALEMENT DANS LA PRESSE CE MATIN Libération qui continue sa croisade contre le projet de tests ADN pour les candidats à l'immigration.

Avec à la une une galerie de portraits plutôt étonnante : entre autres, Dominique de Villepin, François Hollande, Bernard Thibault et Isabelle Adjani, tous ensemble unis pour la même cause, c'est le Front du refus titre Libération, le refus de l'amendement sur les tests ADN... Ils ont tous signé la pétition lancée par Charlie Hebdo contre le projet de loi sur l'immigration. De Dominique de Villepin à Olivier Besancenot.

EADS ET L'ADN, VOILA POUR LES DEUX GRANDS TITRES DANS LA PRESSE CE MATIN, et dans les autres journaux ?

Le Parisien-Aujourd'hui en France revient sur le mystère des 4 pendus à Coulogne dans le Pas-de-Calais... Le Parisien qui donne aussi des conseils aux étudiants pour réussir leur première année à la fac.
A la Une de France Soir, Ségolène Royal pleine page, Elle veut prendre le PS à la hussarde nous dit le journal, avec son look glamour et son réseau show-biz elle veut se donner une stature de chef d'Etat et une seule idée l'obsède, le parti et la France.
La Croix s'intéresse aux médecins qui soignent leur liberté d'installation, la Tribune note la première baisse des prix de l'immobilier depuis 2000... Dans l'Equipe retour sur la défaite de Lyon hier soir en Ligue des Champions, le Désastre titre l'Equipe, et le Parisien de son côté se demande si l'entraîneur Alain Perrin fera les frais de ce naufrage...
Enfin le bon mot du Canard enchaîné de ce matin, dans le Mondial de rugby, Laporte se verrait bien en finale, oui mais ce sera Passe ton All Black d'abord...

ET PUIS CE REPORTAGE DANS LE MONDE, on croyait que le PS déchiré par l'ouverture avait le blues depuis la défaite à la présidentielle, et bien finalement ça ne va pas si mal que ça...

Pour une belle fête, c'était une belle fête, huit cents invités qui se pressaient sur la piste et les gradins... au Cirque d'hiver à Paris... haut lieu de meeting de gauche.
Personne ne manquait, visiblement c'était plus couru que les journées d'été du PS où les éléphants avaient surtout brillé par leur absence.
Dans la foule des vedettes socialistes, Lionel Jospin, Ségolène Royal, Bernard Kouchner, Laurent Fabius, DSK...
A en croire les convives, il fallait presque se pincer pour se souvenir que les élections avaient été perdues...
Et non ce n'étai pas un lendemain de victoire, mais un mariage, celui d'Henri Weber, ex-trotskiste devenu l'un des idéologues du Parti socialiste, avec sa compagne de longue date, la productrice Fabienne Servan-Schreiber.

Et ce fut dit le Monde, l'une des soirées les plus chic et les plus courues de l'histoire de la gauche caviar.
C'était le dernier samedi de l'été, jour de ciel bleu, de vélib et de Technoparade... au Cirque d'hiver, là où au 20ème siècle, quand elle gagnait encore les élections, note perfidement Ariane Chemin, la gauche fêtait ses victoires fidèle au Paris ouvrier et rebelle. Mais ce soir là c'était plutôt le Paris de la finance et du glamour, en présence de quelques grands banquiers et de Patrick Bruel, Carla Bruni ou Julien Clerc.
Les mariés ont même réussi la performance de faire cohabiter pour une soirée Lionel Jospin et Ségolène Royal, et même les ministres d'ouverture comme Bernard Kouchner.

S'ils étaient tous là explique Ariane Chemin, c'est parce que la petite histoire des héros de la soirée, Henri Weber et son épouse, couple star de mai 68, a rencontré l'histoire de la gauche.
Henri Weber qui a dirigé Rouge, le journal de la LCR...
Commentaire justement de Rouge le lendemain des noces : qu'Henri Weber se marie, c'est son droit, mais qu'il organise un dîner politico-mondain où se sont retrouvés les dirigeants socialistes, Françoise de Panafieu et Bernard Kouchner, c'est la preuve qu'on ne vit plus dans le même monde.
Conclusion douce-amère du Monde : cette fois avec Rouge, c'est Alain Krivine qui jouait les trouble-fêtes... Il avait d'ailleurs décliné l'invitation, et oui pour parfaire la légende, il faut toujours quelques absents au banquet de la jeunesse disparue, conclut le Monde.

Franceinfo
Franceinfo (Franceinfo)