Cet article date de plus de sept ans.

Copier-coller, non merci!

écouter
De plus en plus d'universités et de grandes écoles s'organisent pour mener la bataille contre le plagiat
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (©)

La bataille passe notamment par la signature de charte anti plagiat et de moyens informatiques pour
détecter ces copier-coller, non sourcés, qui envahissent nombres de copies
d'étudiants.

Constat d'un dirigeant de Sciences Po à Bordeaux, cité par lemonde.fr : " Nous sommes face à une
génération qui, pendant des années, a téléchargé films, musique et informations
gratuitement, sans se poser de questions, qui ne connaît pas les règles de la
création ni les notions de droits d'auteur et de propriété intellectuelle, et
maîtrise mal la différence entre ce qui est possible en privé mais pas en
public ou dans un mémoire destiné à être publié
".

Du coup, cette école,
avec d'autres, a mis en place un enseignement autour de ces questions, deux
heures de cours, dès la rentrée, avec à l'issue la signature par les étudiants
d'une charte d'engagement.

Et pour les documents les plus importants, un
mémoire, une thèse, ce sont les logiciels anti plagiat qui entrent en scène,
des programmes qui permettent de 
détecter les textes litigieux, en utilisant d'immenses bases de données
et en comparant ces écrits existants avec la copie rendue. Aujourd'hui, une
trentaine d'universités ou d'écoles en particulier dans les domaines des sciences
humaines ou d'économie utilisent ces deux moyens, charte et logiciels, pour
combattre cette tentation du copier-coller.

 

Le webdoc de la semaine : Femmes Polygames

Webdocumentaire en cours de financement qui s'intéresse à la polyandrie, union de femme avec plusieurs hommes, un modèle familal rare, qui répond à des contraintes économiques ou démographiques. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.