Histoires d'info, France info

Jean-Paul Gaultier renonce à la fourrure et au cuir...Un effet de mode?

Jean-Paul Gaultier a donc annoncé qu’il renonce à la fourrure et à la peau animale, donc au cuir, pour ses prochaines collections. Une victoire pour les défenseurs de la cause animale…qui n’est peut-être pas décisive, nous dit l’histoire.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Photo d\'illustration : la ville de San Francisco (Etats-Unis) a annoncé qu\'elle interdisait la vente de fourrures, le 20 mars 2018.
Photo d'illustration : la ville de San Francisco (Etats-Unis) a annoncé qu'elle interdisait la vente de fourrures, le 20 mars 2018. (MAXPPP)

L'âge d'or

Au milieu des années 1960, la fourrure va très bien, merci pour elle. Si elle conserve une image très luxe, elle commence à descendre dans la rue avec l’effet conjugué de l’augmentation du niveau de vie et la baisse des prix.

Bref tout va bien pour le secteur, en témoigne ce défilé de fourrure à l’Alcazar à Marseille, on est octobre 1965…

Les jeunes filles, fort nombreuses dans la salle, applaudirent à la gaieté du lapin et à la sportivité du poulain ceinture, toujours sport, même garni de vison

La fourrure "vit avec son temps"

Le combat de Brigitte Bardot dans les années 1970 va produire une première prise de conscience. Et des effets, avec l’interdiction de l’importation des peaux de phoques décidée par le président Giscard en mars 1977.

Mais l’impact global sur l’usage des animaux dans la mode est extrêmement marginal. Pour preuve ce reportage enthousiaste de TF1, en 1987, à l’occasion du salon de la Fourrure à Paris…

Décontracté, rajeuni, dynamisé par l'esprit d'invention de ses créateurs, la fourrure 87 prend un virage à 180 degrés pour mieux vivre avec son temps

Une ère de turbulences mais un retour en grâce

1987, c’est aussi un tournant. Une publicité terrible déferle sur les écrans, on y voit un défilé classique, puis le sang commence à jaillir des fourrures et éclabousse les spectateurs. A la manœuvre une organisation américaine PETA, lancée en 1980 et qui en 1994 réalise un coup de maître en faisant poser cinq top models ultra célèbres, nues avec pour seule protection, une toile sur laquelle on peut lire: "Plutôt à poils qu'en fourrure".

La fourrure entre véritablement en crise. Cette année-là, des couturiers annoncent qu’ils renoncent à l’utiliser, comme Calvin Klein… Et pourtant, à la fin des années 2000, la fourrure fait un come-back…Envoyé spécial, sur France 2…  

Aujourd'hui, la fourrure est à nouveau sur les podiums du monde entier. La fourrure a retrouvé la faveur des grands couturiers comme Jean-Paul Gaultier

A l’origine de ce revival de la fourrure, des prix qui baissent, une image naturelle, authentique et le travail de lobbying intense d’une coopérative danoise, Saga Furs.

Et si depuis 2016, Ralph Loren, Gucci, Armani ou bien donc Jean-Paul Gaultier ont annoncé qu’ils renoncent à la fourrure, n’oublions pas les espoirs des années 1990… Ce mouvement n’est peut-être que cyclique…comme la mode.  

Photo d\'illustration : la ville de San Francisco (Etats-Unis) a annoncé qu\'elle interdisait la vente de fourrures, le 20 mars 2018.
Photo d'illustration : la ville de San Francisco (Etats-Unis) a annoncé qu'elle interdisait la vente de fourrures, le 20 mars 2018. (MAXPPP)