Théo, 19 ans, cycliste : "Mon rêve c'est de participer aux JO de 2024"

écouter (333min)

Tous les jours, Manon Mella donne la parole aux jeunes de 18-28 ans. Lundi 4 octobre, rencontre avec Théo Bracke, 19 ans, champion de France de cyclisme sur piste.

Article rédigé par
Manon Mella - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Théo Bracke, double champion de France de cyclisme sur piste, au vélodrome Jean Stablinski de Roubaix. (MANON MELLA / FRANCEINFO)

Direction Roubaix (Nord), au vélodrome Jean-Stablinski, pour rencontrer Théo Bracke, jeune cycliste sur piste de haut niveau. À 19 ans, Théo est déjà champion de France junior du kilomètre et champion de France de la vitesse par équipe. Théo fait également partie des 24 sportifs sélectionnés par la Métropole européenne de Lille (MEL) afin de se préparer en vue des Jeux olympiques de Paris 2024. Habitué à sillonner les routes à vélo, ce jeune sportif est particulièrement sensible à l'écologie.

"Le sport m'apporte une structure au quotidien"

Théo a débuté le vélo à l'âge de 12 ans et a découvert la piste il y a trois ans. "J'ai toujours été sportif. J'ai fait de la gymnastique, du tennis, de la natation, du ping-pong", raconte le jeune pistard qui vient d'entamer sa première année d'études en podologie. "Je suis pianiste à côté, guitariste, ukuléliste", ajoute Théo qui "aime toucher à tout."

"Le sport de haut niveau, ça m'apporte une structure au quotidien, une raison pour laquelle je me lève tous les jours", confie Théo. Le sport l'aide aussi "à se lever tôt, à bien manger" et lui donne "l'envie de se surpasser", raconte le jeune cycliste qui confie être "sur une pleine lancée à s'entraîner tout le temps et à vouloir progresser."

La pollution, "je la vis au quotidien en roulant sur la route"

Le rêve de Théo, c'est d'abord de participer aux JO de Paris de 2024, pour lesquels il se prépare actuellement, soutenu par la Métropole européenne de Lille. Ensuite, le jeune sportif espère "avoir une vie structurée et s'en sortir malgré la complexité du monde en ce moment", confie-t-il en citant l'exemple de la crise sanitaire et du réchauffement climatique "qui nous préoccupe, nous les jeunes". "On se dit qu'en 50 ans on a réussi à dégrader quasiment la planète entière alors qu'elle a des milliards d'années", ajoute Théo qui raconte que "ça nous brise le cœur de se dire qu'on va devoir se serrer les coudes et vivre avec ça tous les jours."

La pollution, Théo la remarque "au quotidien en roulant sur la route", dit-il. "On s'aperçoit qu'il y a de plus en plus de voitures qui arrivent et qui nous lâchent un nuage de fumée", regrette le jeune cycliste. "Mais on essaye de trouver des solutions", relativise Théo. "Avant je prenais ma voiture pour faire mes allers-retours, maintenant je prends le vélo et mes amis font pareil", raconte-t-il.

Sensible à l'écologie, Théo s'est déjà engagé en participant à des manifestations pour le climat lorsqu'il était au lycée. "J'ai déjà voté aux élections régionales", dit-il, avant d'ajouter qu'il participera à l'élection présidentielle de 2022.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Génération 2022

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.