Pia, 23 ans : "La campagne présidentielle, c'était quelque chose que j'attendais. Il y a un peu de déception"

écouter (3min)

Tous les jours, Manon Mella donne la parole aux jeunes de 18-30 ans. Mercredi 6 avril, rencontre avec Pia, 23 ans, présidente du RESES, un réseau d’associations étudiantes mobilisées sur les enjeux écologiques et solidaires.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Pia, 23 ans, étudiante à Sciences Po Paris et présidente du RESES (Réseau Etudiant pour une Société Ecologique et Solidaire) (MANON MELLA / FRANCEINFO)

Pia, 23 ans, est étudiante à Sciences Po Paris et présidente du RESES, un réseau d’associations étudiantes mobilisées sur les enjeux écologiques et solidaires. Préoccupée par le réchauffement climatique, elle ira voter dimanche 10 avril pour le premier tour de l'élection présidentielle, mais résignée.

"Il n'y a personne qui me convainc vraiment"

Si Pia tient à se rendre aux urnes dimanche, elle le fera sans grande conviction. "Il n'y a personne aujourd'hui qui me convainc vraiment et qui est assez en phase et en lien avec les enjeux de jeunesse, les enjeux de climat et les enjeux de solidarité", estime-t-elle. "Il y a des positions dans lesquelles je me retrouve mais je n'ai aucun emballement pour une personne en particulier."

"J'ai trouvé que la campagne était en décalage avec mes engagements."

Pia, 23 ans

La campagne présidentielle ? Pia a l'impression d'avoir manqué un épisode. "J'ai l'impression d'être passée à côté de la campagne. C'était quelque chose que j'attendais. Je ne sais pas si c'est moi qui l'ai moins suivie parce que j'avais d'autres choses à côté ou si ça n'a pas été un sujet."

Pia s'attendait à davantage de débats, notamment sur l'écologie. "Je m'attendais à ce qu'on puisse remettre en question nos modes de vie, de consommation et de société en général. Il y a un peu de déception."

"Ça confirme que la politique n'est pas la seule réponse"

Si la campagne présidentielle a déçu la jeune militante, cela l'a aussi confortée dans l'idée qu'il existe aussi d'autres voies que la politique pour agir.  "Ça confirme que la politique n'est pas la seule clé de réponse. Ça confirme aussi mon envie de continuer mon engagement dans le milieu associatif car je pense que c'est là aussi qu'on peut faire bouger les choses."

"Je me sens beaucoup citoyenne en militant plutôt qu'en allant voter."

Pia, 23 ans

 

Pia ne met pas pour autant le vote de côté. "Je pense que c'est important et que c'est un peu tout ce qu'il nous reste aussi parfois."

Du futur président ou de la future présidente, Pia attend de l'action en matière de lutte contre le dérèglement climatique. "Il y a une sensibilisation de plus en plus accrue sur les enjeux climatiques mais par contre en termes d'action il n'y a rien."

Quant à l'avenir, Pia l'appréhende avec inquiétude. "À quoi bon penser au futur s'il n'y a pas de futur ? Je me projette à deux, trois ans, mais pas beaucoup plus", conclut-elle.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.