Matthieu, 23 ans, sur l'écologie : "Je ne pense pas que ça soit dans la radicalité qu'on obtienne un consensus"

écouter (3min)

Tous les jours, Manon Mella donne la parole aux jeunes de 18-30 ans. Mercredi 19 janvier, rencontre avec Matthieu, en contrat d'alternance dans une banque. 

Article rédigé par
Manon Mella - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Matthieu, 23 ans, étudiant en alternance dans une banque. (MANON MELLA / FRANCEINFO)

Matthieu a 23 ans et est né à Guyancourt, une ville située entre Versailles et Trappes, dans les Yvelines. En contrat d'alternance dans une banque, il étudie à la fois la gestion et la philosophie. En 2022, c’est la deuxième fois qu’il pourra voter à une présidentielle. Pour lui, la protection de l'environnement est compatible avec la croissance et l'innovation. "Il y a une réflexion de plus en plus éthique qui est en train de se faire dans le milieu bancaire."

On ne peut pas demander à une entreprise de changer son comportement dès demain. Elle a besoin de temps.

Matthieu, 23 ans

à franceinfo

"Une écologie qui s'adapte", voilà la vision défendue par Matthieu. "Je ne pense pas que ça soit dans la radicalité qu'on obtienne à long terme un consensus. En tant que jeunes, on a tout intérêt à prendre part à ces démarches pour la suite".

Matthieu n'est pas adhérent à un parti politique mais encourage les jeunes à s'engager de différentes manières notamment via les urnes. "Je pense que le vote c'est important." 

L'écologie, Emmanuel Macron a été le premier à prendre ça à cœur.

Matthieu, 23 ans

En 2017, lorsqu'il avait 18 ans, Matthieu a voté pour Emmanuel Macron aux deux tours. En revanche, Matthieu admet que "dans la jeunesse, il y a toujours une forme de radicalité. On en veut toujours un peu plus sur l'écologie".

À moins de trois mois de l'élection présidentielle, Matthieu ne semble pas aussi sûr de son choix qu'il y a cinq ans et ne sait pas encore pour qui il souhaite voter. "Je verrai à la fin. J'attends les débats. Il a trois ou quatre candidats qui me font hésiter."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.