Jordan, 25 ans : "Je ne suis en France que pour dormir, ça ne m'intéresse pas de perdre mon temps pour aller voter"

écouter (3min)

Tous les jours, Manon Mella donne la parole aux jeunes de 18-30 ans. Lundi 24 janvier, rencontre avec Jordan, 25 ans, vendeur de voitures à Knutange en Moselle.

Article rédigé par
Manon Mella - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Jordan, 25 ans, vendeur de voitures dans la vallée de la Fensch. (MANON MELLA / FRANCEINFO)

Direction la Vallée de la Fensch, en Moselle, berceau de la sidérurgie. Aujourd’hui, les mines de fer sont fermées et les hauts-fourneaux éteints.

À Knutange, nous avons rencontré Jordan, 25 ans. Il travaille dans la vente de voitures. Comme beaucoup d’autres villes, ici, c'est une cité-dortoir : on y passe pour dormir uniquement ou presque. Le reste, le travail, les courses et les sorties, c’est au Luxembourg que ça se passe.

"C'est mort, tout est fermé. Il n'y a plus rien ici à part des cafés et des kebabs"

Jordan, 25 ans

à franceinfo

"Le seul endroit où ça vit vraiment, c'est Metz. Tous ceux qui n'ont pas d'argent viennent ici parce qu'on a le Luxembourg à côté et que ça paye bien."  En Lorraine, 80 000 travailleurs traversent la frontière chaque jour pour aller travailler au Luxembourg. "On a beaucoup plus d'avantages : le gasoil, les clopes, on a tout. En France, ils nous taxent trop. Au Luxembourg, le Smic est à 2 100 euros."

Jordan a déjà essayé de travailler en Lorraine dans des usines de ThyssenKrupp. "C'est du travail à la chaîne, c'est toujours la même chose. Personne veut faire ça." Plus tard, Jordan envisage d'aller vivre au Portugal, dont une partie de sa famille est originaire. "On va se tailler. Le soleil, c'est mieux que la pluie mais il faut faire de l'argent avant d'y aller."

"La politique ne m'intéresse pas. Je n'ai même pas de carte d'électeur."

Jordan, 25 ans

à franceinfo

Jordan passe la majeure partie de son temps de l'autre côté de la frontière, au Luxembourg. C'est en partie pour ça, selon lui, que la politique française ne l'intéresse pas. Il n'a jamais voté et ne possède pas de carte électorale. "Je trouve que ça ne sert à rien. Pour moi, ils sont pareils et ils ne font rien d'essentiel à ma vie. Ça ne change pas ma vie d'avoir un président. Je suis en France pour dormir, ça ne m'intéresse pas de perdre mon temps pour aller voter."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.