Ferréol Delmas, 23 ans : "Je suis écologiste et de droite"

écouter (3min)

Tous les jours, Manon Mella donne la parole aux jeunes de 18-28 ans. Lundi 18 octobre, rencontre avec Ferréol Delmas, 23 ans, étudiant et directeur du think tank "Ecologie Responsable", un laboratoire d'idées "écologique de droite".

Article rédigé par
Manon Mella - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Ferréol Delmas, 23 ans, étudiant et directeur de "Ecologie Responsable", un think tank classé à droite. (MANON MELLA / FRANCEINFO)

Direction le Parc Monceau à Paris pour rencontrer Ferréol Delmas. Étudiant de 23 ans en affaires publiques, il a fondé "Ecologie Responsable", un laboratoire d’idées (un think tank), basé sur une "écologie de droite", c’est comme ça qu’il le définit. Le but est de proposer aux entreprises et aux politiques des idées et des solutions sur les questions environnementales.

Avant de fonder son think tank, Ferréol était militant chez Les Républicains, un parti qu'il a décidé de quitter depuis, même s'il reste sympathisant. C'est aux côtés de François Fillon, en 2017, qu'il a eu sa première expérience politique. "J'étais bénévole au service des courriers. De fil en aiguille je suis parti chez Les Républicains. Je me suis occupée des Républicains à La Sorbonne pendant deux ans", raconte-t-il. Et puis "il y a toute la question de l'écologie qui me travaillait", se souvient Ferréol. "Avec d'autres amis des Républicains on s'est dit qu'il fallait qu'on travaille là-dessus. On s'est dit que Les Républicains ne nous entendait pas forcément sur ces questions-là donc qu'on allait le faire en dehors", ajoute-t-il. Avec son think tank, Ferréol a souhaité "s'ouvrir au maximum de gens possible, notamment à des gens d'En Marche, de l'UDI ou des gens qui ne sont pas du tout encartés", précise-t-il.

"L'écologie de droite favorise la croissance tout en respectant l'environnement"

L'écologie de droite, qu'est-ce-que c'est ? "C'est une écologie qui favorise la croissance et qui est fondée sur l'enracidement et l'innovation", explique Ferréol qui concède : "C'est un concept qui peu paraître absurde à une époque où il n'y a plus forcément de droite et de gauche". "On a remarqué qu'il y avait toute une génération qui était intéressée par l'écologie mais que c'était une écologie décroissante", dit Ferréol qui croit en "une écologie qui cherche à produire tout en respectant l'environnement".

Ce que je veux c'est faire passer des idées alors que les partis politiques sont un peu en manque d'idées.

Ferréol Delmas, 23 ans

Ferréol Delmas pense "sincèrement qu'on peu davantage changer les choses quand on est en dehors d'un parti politique". "Je l'ai vécu de l'intérieur", rappelle-t-il, tout en reconnaissant avoir vécu "une expérience enrichissante mais où on ne laissait pas forcément assez de place aux idées". Or, "dans les jeunes de droite que je croise, tout le monde se considère comme écologiste mais les cadres n'entendent pas forcément, à part quelques exceptions", dit Ferréol qui note "à droite", "une fracture entre la base et le sommet".

Dans l'hypothèse d'une qualification de la droite et des écologistes au second tour en 2022, Ferréol n'est pas certain de voter pour la droite. "Cela va peut-être faire hurler à droite mais je trouve que Yannick Jadot est assez clair sur ce qu'il dit. Autant Sandrine Rousseau j'aurais eu beaucoup de mal, ça aurait été un barrage", confie-t-il. "Je suis écologiste et de droite mais si il y a une candidature de droite qui ne me plaît pas parce que sur la question écologique elle ne sera pas assez engagée je ne m'interdis pas d'aller ailleurs", confie Ferréol. "Il faut être intelligent et voir ce qu'il se fait de bien partout", conclut-il. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.