Cet article date de plus de dix ans.

1914 en sons | Maurice Barrès, l'antidreyfusard qui sauva les églises

Il fut écrivain, homme politique, et surtout figure de proue du nationalisme, avec notamment son opposition à Dreyfus. En 1914, quelques années après le vote de la Loi de séparation de l'Église et de l'État, Maurice Barrès s'intéresse au patrimoine religieux et à ces églises menacées de ruine, autant dire la ruine de la France.
Article rédigé par Grégoire Lecalot
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 5 min
  (©)

De 1910 à 1914, il mène campagne en publiant au passage, en 1913, un pamphlet : "La grande pitié des églises de France". Un journal d'une campagne qui a contribué au vote de la loi de 1913, en décembre dernier, sur les monuments historiques.

"Pour les églises de France". Texte lu quelques semaines plus tard, le 10 février 1914. Issu des Archives de la parole :

Extrait :

"Ce beau clocher qui est l'expression la plus ancienne et la plus saisissante du divin dans notre race. Cette voûte assombrie où l'on prend le sentiment d'avoir vécu jadis et de devoir vivre éternellement. Cette table de pierre où reposent les grands principes qui sont l'habit moral de notre histoire."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.