France Info numérique, France info

Star Wars et les djihadistes

Émoi sur le web : la ville tunisienne de Tataouine, à jamais associée à Luke Skywalker, serait devenue un bastion de Daech. La réalité est un peu plus nuancée.

(Les décors de Star Wars se trouvent à 360 kilomètres de Tataouine, à Nefta. © REUTERS / Zoubeir Souissi)

 Ne nous emballons pas. Toute la journée, on a pu voir passer sur nos timelines des articles aux titres aussi inquiétants qu'accrocheurs, du type "Le village de Luke Skywalker est devenu un repaire de djihadistes ". Tous citent un reportage de CNN dans la région de Tataouine, (grande) ville du sud-est de la Tunisie dont le nom fait partie, de fait, de l'univers Star Wars, puisqu'il a donné celui de la planète Tatooine. Et c'est là qu'intervient la première erreur : certes, le désert de Tataouine a servi de cadre au tournage de la première trilogie. Mais c'est bien à Nefta, à 360 kilomètres de là, que le "village" de Mos Espa et les décors (sauvés par une campagne officielle l'an dernier) se trouvent.

Deuxième exagération : en fait de "repaire", les autorités ont surtout annoncé avoir arrêté trois candidats au djihad, et découvert deux caches d'armes. On est loin de l'invasion. En réalité, si la région inquiète Tunis, c'est parce qu'elle est une zone de passage vers la Lybie, véritable repaire - pour le coup - de militants de Daesh, que plusieurs milliers de jeunes tunisiens auraient rejoint. La Force, c'est aussi et surtout une histoire de précision. Ne l'oublions jamais.

Dans France Info Numérique, nous avons également évoqué les plans de l'Europe pour le numérique; la nouvelle attaque des poids-lourds du web contre la NSA; le lave-linge increvable et la tristesse infinie des fans de One Direction face au départ d'un des membres du boys-band. Sinon, joie sur les coeurs, Mad Max Fury Road sera présenté à Cannes, ce qui nous offre une excellente occasion de re-re-re-re-regarder la bande-annonce une bonne quinzaine de fois :

 

(Les décors de Star Wars se trouvent à 360 kilomètres de Tataouine, à Nefta. © REUTERS / Zoubeir Souissi)