France Info numérique, France info

Des enseignants du primaire se mettent à la "twictée"

Une nouvelle forme de dictée collaborative qui s'adapte aux 140 signes du réseau social.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
(La twictée essayée par plusieurs classes vendredi 3 octobre © Capture d'écran Twitter)

La est une dictée qui s'adapte aux 140 signes du réseau social et donne lieu à des sortes de défis à distance entre des élèves du primaire. L'initiative a moins d'un an et une vingtaine de classes s'y sont déjà essayées en France, au Canada ou en Tunisie. Ce vendredi matin, c'est la classe de CM2 de Valérie Cousin à Bergues dans le Nord qui s'y est initiée.

"On a écrit "les élèves motivés participent à un défi en orthographe avec d'autres classes. Chacun écrit individuellement puis on les met par groupe de 4. Chacun des groupes se met d'accord sur une dictée de groupe qui est ensuite publiée et envoyée à l'autre école. Celle-ci nous envoie alors des indices de correction sur Twitter" comme une faute sur le groupe nominal ou d'accord entre le sujet et le verbe. 

Ce sont un conseiller pédagogique de Seine-et-Marne, , et un professeur de CM2 en Moselle, qui y ont pensé. Pour eux, le réseau social est propre à ce qu'ils appellent la "vigilance orthographique".

"Le travail est un travail de réflexion sur la correction d'un petit texte de dictée en explicitant les erreurs des camarades. Tout ça doit rentrer dans le cadre qui peut paraitre contraignant d'un tweet (...) Le fait de se focaliser sur une erreur dans un tweet est un travail cognitif des élèves qui est important à faire" , explique-t-il à France Info.

 Les petits ne devraient pas être les seuls concernés par la twictée. Régis Forgione veut développer la twictée de rue pour repérer et expliquer les fautes d'orthographe qu'on déniche dans la vie quotidienne et dont on se moque régulièrement en ligne. 

(La twictée essayée par plusieurs classes vendredi 3 octobre © Capture d'écran Twitter)