Cet article date de plus de sept ans.

Un tiers de l'humanité privé de Voie lactée à cause de la pollution lumineuse

À cause des lumières artificielles, un tiers de l'humanité est privé de Voie lactée, selon une étude publiée dans la revue "Science Advances". C'est le sujet du jour sur France Info junior.
Article rédigé par Estelle Faure
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 463690 min
  (Pollution lumineuse nocturne, vue satellite de l'Europe © Maxppp)

Près d'une personne sur trois ne peut plus admirer la Voie lactée, le nez en l'air et les yeux rivés vers le ciel. La cause ? La pollution due aux lumières artificielles des villes et des infrastructures créées par l'Homme. C'est le résultat d'une étude publiée mi-juin dans la revue Science Advances. Cet "Atlas mondial de la luminosité artificielle du ciel nocturne" liste les effets de la pollution lumineuse pour nos mirettes. Vous pouvez en avoir un aperçu ici ainsi que sur cette carte cliquable qui permet de zoomer sur la zone qui vous intéresse. Grâce à des données obtenues via des satellites, les chercheurs dévoilent par exemple que 80% de la population mondiale et 99% des Américains et des Européens vivent sous un ciel embué de pollution lumineuse. À l'échelle mondiale, si un tiers de l'humanité ne voit pas la Voie lactée, ce chiffre atteint 60% chez les Européens et 80% pour les Nords-Américains. 

Pourquoi parle-t-on de "pollution" de la lumière ? Pourquoi le ciel est-il pollué de lumières ? Que peut-on faire contre cette pollution ? Ce sont quelques-unes des questions qui agitent nos journalistes en herbe du jour. Au micro de France Info junior, intrigués, trois élèves de CM2 posent leurs brillantes questions à Anne-Marie Ducroux, présidente de l'Association nationale pour la Protection du Ciel et de l'Environnement Nocturnes.

Retrouvez tous les sujets de la semaine sur France Info junior ►►►

► Lundi, nos petits journalistes ont enquêté sur les prévisions météo

  (FIJ pollution lumineuse)
  (©)

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.