Cet article date de plus de neuf ans.

Films de crise financière chez Costa-Gavras, politique chez Oivier Assayas

écouter (5min)
Un rôle à contre-courant pour Gad Elmaleh dans le dernier film de Costa-Gavras "Le capital". Un thriller financier qui marque le retour du cinéaste engagé après quatre ans d'absence. Mais il semble que cette fois-ci, le réalisateur militant passe à côté de son sujet. Au risque d'enfoncer des portes (d'hôtel particulier) ouvertes...
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (©)

Autre sortie signée Olivier Assayas, "Après Mai " et cette fois, il s'agit de crise des idéologies. Qu'est-ce que l'engagement politique dans les années 70 ? C'est la question que pose Assayas, sans nostalgie et sans ironie non plus. Un roman d'apprentissage au cœur du gauchisme.

Alors, prévient le réalisateur, "si l'époque n'a pas apporté les bonnes réponses, elle a posé les bonnes questions ." Et aujourd'hui encore, juge Assayas, on peut conserver le questionnement des valeurs de la société d'aujourd'hui, "un questionnement parfaitement pertinent ."

Synopsis "Le capital "de Costa-Gavras

Avec Gad Elmaleh, Natacha Régnier, Hippolyte Girardot 

La résistible ascension d'un valet de banque dans le monde féroce du Capital.

Synopsis "Après mai "d'Olivier Assayas

Avec Clément Métayer, Lola Créton, Félix Armand

Lycéen parisien du début des années 70, Gilles est pris dans
l'effervescence politique de ces années-là. Il aspire pourtant surtout à
peindre et à apprendre le cinéma, ce que lui reprochent ses camarades
et sa petite amie, pour qui l'engagement politique doit être total. Peu à
peu, Gilles assume davantage ses choix et trouve mieux sa place dans
son époque.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.