Cet article date de plus de neuf ans.

Tourisme : la Jordanie à la recherche d'un nouveau souffle

écouter
C'est pourtant l'un des secteurs-clés de l'économie: le tourisme est en chute libre en Jordanie. Le royaume subit de plein fouet les remous chez ses voisins de la Syrie, du Liban ou de la Palestine et d'Israël.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (©)

Les sites les plus visités ont perdu une grande part de leur fréquentation. Depuis 2005, Léticia Franiau est agent consulaire à l'ambassade de France d'Amman. Son travail est d'assister les Français résidants ou de passage en Jordanie. De plus en plus, constate-t-elle, les touristes viennent en individuel, ce qui n'est pas sans poser quelques problèmes.  

Il suffit de se promener dans les ruines de Petra, le site le plus visité du pays, au sud, pour constater qu'une partie des touristes ont déserté la Jordanie. Depuis 2010, le nombre de touristes européens en Jordanie a baissé de plus d'un tiers. Raison à cela, l'amalgame fait avec les pays voisins depuis les révolutions arabes.

Vu le peu d'affluence, ceux qui sont venus visiter ce pays chargé d'histoire profitent des sites presque pour eux seuls. Car la Jordanie possède énormément de richesses à découvrir.

Léticia vit en famille, avec son mari jordanien, guide touristique, à 10 minutes du centre d'Amman, dans de nouveaux quartiers qui n'arrêtent pas de se développer.

En 2008, année faste, 8 millions de touristes sont venus en Jordanie. Pour tenter de retrouver cette fréquentation, l'Office de tourisme cherche à séduire de nouveaux publics comme les jeunes sportifs, avec le marathon d'Amman, organisé vendredi dernier, et à développer de nouvelles niches comme le trekking, la randonnée en famille ou la plongée sous-marine.

Lui écrire

Aller plus loin

Retrouvez ce portrait dans le livre "S'expatrier, vous en rêvez, ils l'ont fait !", 100 portraits d'expatriés français aux éditions Studyrama

Retrouvez ce portrait dans le magazine régional d'information Objectif Aquitaine

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.