Français du monde, France info

Parole d'Expert : investir et travailler en Chine

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
(©)
  • La Chine, un pays énorme, un mastodonte, qui fait toujours rêver ? Il y a toujours des secteurs qui recrutent ? - Bien sûr, il faut savoir d'abord si vous voulez travailler pour une entreprise chinoise ou une entreprise étrangère. On est mieux payé et mieux protégé à travers une entreprise internationale. Dans ce cas-là, il faut chercher du travail à partir de l'Europe, parce qu'il n'y a pas que les Français qui recrutent. Les principaux secteurs qui recrutent : il y a une vraie demande sur des ingénieurs spécialisés, les métiers de la logistique et tous les métiers qui touchent aux ressources humaines, aux achats, à la finance, donc des métiers vraiment spécialisés qui n'existent pas réellement encore en Chine. Il y a un gros travail aussi dans l'architecture, puisqu'ils construisent énormément. Sont également prometteurs les secteurs comme l'agro-alimentaire, l'environnement, les cosmétiques, le design industriel. Enfin tout est ouvert ! Simplement, il faut préparer son départ, il faut parler chinois de préférence, parce qu'on réussit beaucoup mieux, sauf si on va à Shanghai ou à Hong Kong, mais c'est quand même beaucoup plus facile d'être bilingue. - Et puis il y a ces JO de Pékin qui se préparent. Alors, beaucoup de choses ont été faites, mais ça continue à doper l'économie ? - Ce n'est pas nécessairement ce qui est important aujourd'hui pour se créer une carrière, mais les villes réellement où il y a du travail, où il y a du gros développement, c'est Shanghai et Hong-Kong. - Pour investir, on a l'image depuis l'Europe de complications, de formalités, héritage du communisme. Qu'est-ce-qu'il en est en réalité ? - D'abord, il ne faut pas partir tout seul, et puis on a des structures formidables, il y a des Chambres de commerce françaises à Shanghai, à Pékin, à Hong Kong, qui sont très efficaces. Donc, il faut s'appuyer sur eux parce qu'ils ont une vraie compétence. Ensuite, les Missions économiques aussi sont à la disposition des investisseurs, des entrepreneurs. Donc il faut vraiment préparer son départ, y aller plusieurs fois, choisir sa ville, et s'appuyer sur les structures existantes. - On peut apporter de l'argent, créer une entreprise, ce n'est pas fermé aux étrangers comme l'étaient certains pays voisins comme le Vietnam ? - Il y a des règles à respecter. Si on fait une association avec un Chinois ou un groupe chinois, il faut être très prudent, parce qu'on a l'exemple de Danone en ce moment qui souffre beaucoup sur un partenariat, donc il faut être extrêmement prudent et s'appuyer sur de bons avocats, sur des gens compétents.

Lui écrire

Aller plus loin

Vivre à l'Etranger Le magazine européen de la mobilité internationale

La Chambre de Commerce et d’Industrie française en Chine a été créée en 1992 à l’initiative d’entreprises françaises implantées en Chine. La CCIFC est implantée à Pékin (18 permanents), possède des antennes à Shanghai (9 permanents) et Canton (5 permanents), et est représentée à Kunming, Shijiazhuang, Tianjin et Wuhan.

(©)