Français du monde. Tenerife, un plan B pour les touristes français cet hiver

écouter (3min)

Avec la fermeture des remontées mécaniques à la montagne, et des frontières extra-européennes, les Français se tournent vers des destinations plus balnéaires.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Le Teide, lieu mythique en altitude, au milieu des champs de lave séchée, point culminant de l'Espagne du haut de ses 3718 mètres   (PHOTO EMMANUEL LANGLOIS)

 Alors que commencent ce week-end les congés de février pour l’Île-de-France et l'Occitanie, l'île de Tenerife, dans les Canaries, a quelques atouts pour attirer les vacanciers en mal de soleil et de nature.

Le sommet du Teide, point culminant d'Espagne

C'est le point culminant d'Espagne du haut de ses 3 715 mètres. Le sommet du Teide, à cette époque de l'année, est encore recouvert de neige, témoigne le guide français Jean-Guy Le Roux, breton de Morlaix, installé depuis une quinzaine d'années à Tenerife :

Une des belles expériences à faire, si on a les conditions physiques nécessaires pour gravir
1 300 mètres de dénivelé, c'est de monter en quatre heures, de dormir au refuge, à 3 200 mètres d'altitude (fermé depuis l'état d'urgence, NDLR), de profiter d'un ciel parmi les plus purs de la planète et d'effectuer la dernière partie de l'ascension tôt le lendemain avant que le jour ne se lève.

Jean-Guy Le Roux, guide français installé à Tenerife

Jean-Guy Le Roux au pied du Teide à Ténérife : "Ici, sur une petite île grande comme le quart de la Corse, on a une dizaine de microclimats et toutes ces diversités." (PHOTO EMMANUEL LANGLOIS)

Ici pas de confinement, et un couvre-feu qui varie de 22h à 23h selon les endroits de l'île. Les restaurants sont ouverts, et en général limités à quatre convives par table. Et la nature n'est jamais vraiment loin : "On est sur un paysage volcanique mais il y a aussi de la végétation qui est présente, donc ce n'est pas que de la roche, il y a aussi des plantes qui sont d'ailleurs endémiques, qui n'existent qu'ici." 

Le volcan est visible de n'importe où sur l'île. Le sommet aimante le regard. La dernière éruption remonte à plus de deux siècles, c'était à Pico Viejo, en 1798. (Photo Emmanuel Langlois)

Le volcan est visible de n'importe où sur l'île. Le sommet aimante le regard. "Pratiquement la moitié de l'île est déclarée comme espace naturel protégé. Sur une petite île, qui représente en surface à peu près un quart de la Corse, on a une dizaine, une douzaine de microclimats, on a pratiquement la représentation de toutes les îles de l'archipel des Canaries."

Ces étendues de lave peuvent aussi faire penser à Mars. Les scientifiques de l'Agence spatiale européenne ont d'ailleurs testé au Teide des robots qu'ils enverront ensuite sur la Planète rouge. (Photo Emmanuel Langlois)

Paradis des randonneurs

Pour les touristes étrangers, seul un test PCR négatif est exigé à l'arrivée. Situé au large du Maroc, dans l'archipel des Canaries, Tenerife est donc l'une des rares destinations accessibles pour les Français cette année, vu la fermeture des frontières hors Europe, et à proposer du soleil et des températures de 20 degrés ou plus au mois de février.

Réunion de crise, le 24 janvier 2020, à Tenerife, jour où le premier cas de Covid-19 s'est déclaré dans l'hôtel H10 Costa Adeje où Jean-Guy Le Roux a travaillé comme bénévole pendant les deux semaines de confinement des touristes dans l'hôtel (JEAN-GUY LE ROUX)

C'est dans le nord sauvage de l'île, paradis des randonneurs, qu'un autre Français, Louis Lambert, artiste peintre et plasticien, grandi à Lille, s'est installé :

"C'est un lieu très puissant au niveau de la nature, de la mer, de la montagne et de la végétation. C'est très luxuriant à tous les niveaux. C'est le paradis, mon fils grandit dans l'eau ! Les palmiers, pour moi qui viens du Nord, c'est un gros changement ! J'ai toujours su que je voulais vivre au soleil et dans les îles, mais je n'avais jamais pensé à Tenerife." 

Louis Lambert chez lui à Ténérife : "C'est un lieu très puissant au niveau de la nature, de la mer, de la montagne, la végétation" (Photo Emmanuel Langlois)

Depuis la déclaration de l'état d'urgence il y a un an, le guide Jean-Guy Le Roux n'a travaillé qu'une vingtaine de jours. La fréquentation touristique s'est écroulée de 90% sur l'île pour les vacances de Noël dernier.

Punta del Hidalgo est situé au nord du massif de l'Anaga. C'est un point de départ pour des randonnées, notamment une qui vous mènera jusqu'au petit village de Batán de Abajo (Photo Emmanuel Langlois)

Clairement, les autorités espagnoles cherchent à relancer le secteur, vital pour l'économie. Ainsi, des tests Covid sont proposés dans les grands aéroports, comme celui de Tenerife, aux voyageurs juste avant d'embarquer pour leur vol retour. C'est l'exigence aujourd'hui pour rentrer en France depuis un pays de l'Union européenne.

Ecrire à Jean-Guy Le Roux : jean-guy@guianatura.netEcrire à Louis Lambert : 3ttman@3ttman.com

Depuis Punta de Hidalgo, un sentier conduit à travers la montagne avec des vues superbes, des roches découpées, des grottes naturelles vers le village troglodyte de Chimanada (Photo Emmanuel Langlois)

Aller plus loin 

Aller à Tenerife avec l'Office de tourisme

Le site internet de Jean-Guy Le Roux, guianatura

Retrouvez cette chronique sur l'appli, le site, et dans le magazine de la mobilité internationale Français à l'étranger.fr

Séjourner à l'hôtel Taburiente à Santa Cruz. Établissement urbain chic, l'hôtel Taburiente S.C.Tenerife se trouve à côté du parc García Sanabria, dans le centre de Santa Cruz de Tenerife. Il dispose d'une salle de sport ainsi que d'une piscine sur le toit offrant une vue sur le parc et sur l'océan Atlantique

La pisicine sur le toit de l'hôtel Taburiente, en plein centre de Santa Cruz, d'où le regard embrasse toute la ville à 360°, des montagnes et du volcan jusqu'à la mer  (Photo Emmanuel Langlois)

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Français du monde

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.