Français du monde, France info

Français du monde. En finir avec les clichés sur la Roumanie

Jusqu’à fin juin, le pays assure la présidence tournante de l’Union européenne, l’occasion d'y découvrir de réelles opportunités.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
La vieille ville de Bucarest
La vieille ville de Bucarest (ALEXANDER SPATARI / MOMENT RM / GETTY IMAGES)

Après la chute de Ceausescu, les grandes entreprises du CAC 40 ont toutes débarqué en Roumanie, drainant dans leur sillage bon nombre de PME, notamment des sous-traitants.

L’automobile reste le principal secteur de l’économie avec Renault et Dacia

En 20 ans, le groupe français a investi près de trois milliards d'euros en Roumanie. L’usine de Pitesti, au nord de Bucarest, a pris une place centrale dans la stratégie du constructeur dans la production de véhicules à bas coût. En trois ans, le groupe Accor est passé de deux à 11 hôtels dans le pays, à mesure que se développe la clientèle locale de loisirs.

La Roumanie occupe la cinquième place en Europe en matière de production de gaz et de pétrole

Le pays exploite aussi une centrale nucléaire à Cernavoda. Avec un taux de chômage à 5,4% et une croissance à +3,8%, le principal problème du pays reste ses infrastructures souvent obsolètes, donc peu performantes, et aussi sa pénurie de main d’œuvre, explique Jean-Pierre Pont, directeur du magazine et du site internet de la mobilité internationale "Journal des Français à l'étranger.fr".

Une sacrée opportunité pour les Français : "Le secteur des nouvelles technologies occupe une place de plus en plus importante dans l’économie de la Roumanie : le marché des logiciels et des services informatiques y occupe une place centrale."

Jean-Pierre Pont, directeur du magazine et du site internet de la mobilité internationale, le \"Journal des Français à l\'étranger\"
Jean-Pierre Pont, directeur du magazine et du site internet de la mobilité internationale, le "Journal des Français à l'étranger" (DR)

Un laboratoire de la 5G pour Orange

La France est désormais au cinquième rang des investisseurs ici. On dénombre
3 000 entreprises tricolores implantées en Roumanie, soit 120 000 emplois directs et 17 milliards de chiffre d’affaires cumulés ! On retrouve ces sociétés dans l’industrie, les services, le commerce et les technologies de l'information.

Ainsi, Orange a fait de la Roumanie un laboratoire pour la 5G. Le secteur des télécoms représente le deuxième contributeur à la hausse de la croissance du pays. L'opérateur a donc naturellement réalisé ici son premier test européen pour la mise au point de la future norme dans les mobiles.

Il est vrai que la Roumanie entretient un lien particulier avec le français. Conquis pendant l’antiquité par les Romains, le roumain est, comme la nôtre, une langue latine, ce qui facilite son apprentissage par les Français.

En Roumanie, il n'existe qu'un taux d’impôt sur le revenu : 10%

L’installation des ressortissants européens dans le pays est facilitée grâce à une carte de résidence délivrée automatiquement pour ceux qui résident plus de cinq ans dans le pays. Il faut dire que depuis 1989, le pays s’est métamorphosé. Il est devenu une démocratie à part entière. Le président est élu pour cinq ans et les députés et sénateurs pour quatre ans. En 1991, la Roumanie est officiellement entrée dans l’économie de marché. Rompant avec le communisme, le pays est membre de l’Union européenne depuis 2007.

Ecrire à Jean-Pierre Pont : jeanpierrepont@gmail.com

Allez plus loin 

Retrouvez cette chronique dans le magazine et sur le site de la mobilité internationale Journal des Français à l'étranger.fr

La Chambre de commerce française en Roumanie

La vieille ville de Bucarest
La vieille ville de Bucarest (ALEXANDER SPATARI / MOMENT RM / GETTY IMAGES)