Français du monde, France info

Foie gras et cours de cuisine française au Chili

Hélène de Fleurac a troqué son officine et sa blouse de pharmacienne à Bordeaux contre une tenue de chef cuisinière à Santiago du Chili.

(©)

Tout est parti d'une discussion entre amies. Des amies espagnoles
lui ont demandé de leur apprendre à confectionner de bons petits plats. Alors
Hélène de Fleurac s'est lancée dans des cours de cuisine française au Chili.

"Ce sont des recettes classiques, simples, mais qui
bluffent"
, assure cette brune pétillante, fille d'un couple
d'assureurs de Castillon-la-Bataille (Gironde) et pharmacienne de formation.
"C'est par exemple du bœuf bourguignon, du saumon en croûte de purée aux
herbes (que même les enfants adorent) ou un clafouti au fromage de chèvre.
J'utilise toujours des ingrédients faciles à trouver au Chili pour que les
élèves puissent refaire ces plats
".

Les cours ont lieu plusieurs fois par semaine, et affichent
souvent complet. Chacun (souvent des femmes) débourse 20€ pour une séance de
deux heures et demie, dégustation comprise. Et ce n'est pas tout. Au pays des
"empanadas" (chaussons triangulaires fourrés aux oignons, aux œufs et
à la viande), Hélène de Fleurac s'est aussi lancée dans le foie gras ! Le
bouche-à-oreille et quelques articles dans des magazines chiliens ont fait le
reste. "Il y avait une vraie demande ", assure la jeune femme
de 37 ans, mère de quatre enfants, "parce qu'à Santiago, on ne trouve
pas de bonne charcuterie. J'ai un importateur qui fait venir ses foies
d'Alsace. Pour Noël dernier, j'en ai cuisiné et vendu 30 kilos, d'abord à des
expatriés, mais les locaux s'y mettent aussi.
"

Un passe-temps devenu un vrai business

Arrivée il y a 10 ans au Chili en suivant son mari, commercial
dans le vin, Hélène de Fleurac vit en famille dans le quartier résidentiel de
Vitacura, dans une maison avec jardin. "Santiago , détaille-t-elle, c'est
une ville dans une cuvette, entourée par la Cordillère des Andes. Ce n'est pas
très joli, il y a beaucoup d'immeubles modernes et neufs, parce que tout tombe
ici avec les tremblements de terre
." Diplômée à Bordeaux où elle a
exercé deux ans dans une pharmacie de Caudéran, Hélène a d'abord vainement
tenté de reprendre son métier au Chili, "mais ici, une pharmacie, c'est
plutôt un supermarché qu'un lieu de conseil, et puis j'aurais dû passer une
équivalence !
" Elle a donc enfilé une toque de cuisinière, même
si tout n'a pas été si simple. "Je suis passée par de longs méandres
administratifs pour obtenir l'agrément
, se souvient-elle. Aujourd'hui,
j'ai le statut légal et déclaré de micro-entreprise familiale
." Il y a
3 ans, Hélène a fait installer chez elle, où elle donne ses cours et livre ses
commandes, une grande cuisine avec un plan de travail que surplombent, clouées
au mur, les plaques de bois de grands crus du Médoc.

Lui écrire

Aller plus loin

Son
site internet

Retrouvez cette chronique dans le magazine régional
d'informations Objectif Aquitaine.

(©)