Français du monde, France info

Faire un stage à l'étranger

Enrichir son CV, améliorer son niveau en langue étrangère et connaître une nouvelle culture : les bonnes raisons de faire un stage à l'étranger ne manquent pas ! Où faire son stage ? Comment le trouver ? Quelles aides financières ?

(©)

Entretien avec Christina GIERSE, rédactrice-en-chef de Vivre à l'Etranger.com

- Un stage à l'étranger plutôt
qu'en France... pourquoi ?

Parce
qu'un stage à l'étranger, c'est un stage avec une valeur
ajoutée ! C'est un "super stage" dont on retire
beaucoup de choses en peu de temps : on enrichit son CV, on améliore son
niveau en langue, on se familiarise avec une autre culture et une autre façon
de travailler, mais aussi et surtout, on gagne en autonomie. A l'étranger, il
faut souvent se débrouiller pour pas mal de choses.

- Il faut se débrouiller pour
pas mal de choses... C'est-à-dire ?

Trouver un stage à l'étranger implique
déjà en soi une démarche active du futur stagiaire : trouver le stage,
s'occuper des modalités pratiques comme le voyage, le logement et les
transports sur place... D'où l'intérêt de commencer ses démarches plusieurs mois
à l'avance.

- Justement, où trouver un stage ?

En
général, et c'est pour cela que je parlais de prise d'autonomie,
c'est à vous de le trouver ! A moins d'être étudiant dans une école ou
université qui a un carnet d'adresses d'entreprises potentiellement intéressées,
il faut chercher par soi-même. Il existe des organismes de
placements qui prennent en charge voyage et installation sur place, mais ce
sera quand même à vous de trouver un employeur. Ces formules sont plébiscitées
par les plus jeunes. L'avantage de certaines formules est de compléter le stage
par des cours de langues. Attention toutefois à bien choisir : certains services sont payants
et la qualité de leurs services n'est pas garantie.

  • Quelles sont les destinations les plus accessibles ?

Faire un stage en Europe est relativement simple car
il existe des facilités administratives et des programmes comme Léonardo
aujourd'hui bien rôdés. L'Allemagne et le Québec ont des systèmes de bourses
qui fonctionnent bien. En dehors de l'Union Européenne, les employeurs doivent
souvent demander un visa de travail temporaire pour le stagiaire.

- Que fait-on durant ces stages ? Peut-on être réellement opérationnel
quand on ne parle pas bien la langue du pays ?

En effet, et c'est là ou le bât blesse,
sauf compétences spécifiques, notamment techniques ou mission clairement
définie, il s'agira davantage d'un stage d'observation que d'un stage où vous
allez apprendre un métier à fond. Tout dépend de votre niveau de langue, mais
aussi de la durée du stage : on fait plus de choses en 3 à 6 mois qu'en
trois semaines.

- Ces stages sont-ils rémunérés ? Y a-t-il des
aides ?

Les stages de courte durée
sont rarement indemnisés. A partir de 3 mois, c'est plus fréquent. Il existe
pas mal de bourses dont le montant est variable mais qui couvrent au moins les
frais de séjours. Par exemple, la bourse de 
l'OFQJ (Office franco-québécois pour la jeunesse) donne accès à des
stages de trois mois indemnisés environ 500 euros. En Allemagne, l'OFAJ (Office
franco-allemand pour la jeunesse) propose des bourses pour stage pratique d'environ 300
euros par mois, auxquels s'ajoute une participation aux frais de voyage et
cumulable avec d'autre aides.

Lui écrire

Aller plus loin

Studyrama

L'Union des Français de l'Etranger       

Europ Education Formation

L'association Club Teli 

Cursus Mundus

(©)