Cet article date de plus de six ans.

Elle traduit des logiciels en Australie

écouter (5min)
A 34 ans, diplômée en informatique, multimédia et gestion de projet, la Française Séverine Chu a lâché sans trop de regret son poste de cadre chef de projet chez un opérateur télécoms à Paris pour tenter l’aventure australienne.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
 (Séverine Chu)

D’autant que la société de son compagnon fournissait au couple deux visas de travail de quatre ans en Australie ! Séverine Chu avait auparavant travaillé à Paris dans une agence web à la création de mini sites pour téléphones mobiles. C’est dire si internet, c’était son rayon ! C’est donc tout naturellement un site, guide-australie.com, qu’elle a monté avec une partenaire française, à peine arrivée à Sydney.

"J’ai voulu me poser, découvrir le pays, raconte Séverine, jolie blonde pétillante aux yeux bleus. L’idée c’était de proposer un site d’informations, pratiques gratuites et organisées, pour les Français et les francophones qui, comme moi, s’installent en Australie . Il y a des infos sur le travail, la recherche d’e mploi, les entretiens d’embauche. Cela m’a permis aussi de garder un pied dans le métier, sans trou dans mon CV !"

Après une batterie de tests de traduction et psychotechniques, elle est embauchée par Infra Corporation, une société informatique australienne qui cherchait à s’implanter en France. "Je traduis en français le logiciel d’aide informatique, destiné aux callcenters et aux hotlines, explique la jeune femme, une nouvelle version sort plusieurs fois par an. J’aide aussi notre bureau de Sophia-Antipolis dans ses démarches marketing pour faire connaître la marque et le produit ."

D’après la formule d’un Français expatrié vivant à Sydney, "Tout le monde est chez soi car tout le monde est étranger !" 23 % de la population est née hors du pays, deux fois plus qu’aux Etats-Unis, et 40 % reconnaissent avoir des origines mélangées, on y trouve plus de 114 nationalités différentes ! "Ici, les gens sont plus relax, plus souriants qu’en France,  assure-t-elle*. On fait moins la queue au bus ou au cinéma. Il y a la mer et

d’énormes parcs partout ! Même quand on habite en pleine ville, on se retrouve dans une ambiance village* ".

Le couple a récemment emménagé à "Darling Hurst", le quartier gay et branché de Sydney, au cœur des restaurants et des boutiques de créateurs. L'Australie, sa nature sauvage et son confort de vie attirent pourtant un nombre toujours croissant d'étudiants et de "PVtistes" (titulaires du "permis vacances travail", un visa réservé aux moins de 30 ans). L’Australie est également très preneuse d'étudiants français - 200 accords existent entre les établissements des deux pays.

Lui écrire

Aller plus loin

Son site guide-australie.com

Son entreprise Service Manager en Australie

Retrouvez ce portrait sur Vivre à l'Etranger.com, le site européen de la mobilité internationale du groupe Studyrama

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Français du monde

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.