Cet article date de plus d'un an.

Brno, pépite cachée d’Europe centrale

La République tchèque vient de prendre le 1er juillet et pour six mois la suite de la France à la tête de la présidence tournante de l’Union européenne. L’occasion de découvrir Brno, deuxième ville du pays et capitale de la Moravie, connue notamment pour sa proximité avec le champ de bataille d’Austerlitz.

Article rédigé par Emmanuel Langlois
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min
Les toits de Brno au soleil couchant. A deux heures de route de la capitale de la République tchèque, Brno, deuxième ville du pays, est encore un secret à découvrir. (Photo Emmanuel Langlois)

Oubliez Prague et ses cohortes de touristes. A 200 kilomètres au sud-est de la capitale de la République tchèque, Brno, deuxième ville du pays, est encore un secret à découvrir. Nous sommes ici au cœur de la Moravie, cette région d’Europe de l’Est, encore largement méconnue.

Une crèche de Noël dans le centre de Brno. La ville ne manque pas d’attraits non plus en décembre lorsqu’elle fête la Saint-Nicolas et déploie son marché de Noël (EMMANUEL LANGLOIS/FRANCEINFO)

Brno, 450 000 habitants, est surtout l’épicentre de l’architecture fonctionnaliste, un mouvement né dans l’entre-deux-guerres, dans les années 20 et 30, explique le Français Franck Ferlay :

"Comme son nom l'indique, il fallait que ce soit ouvert, pratique. Ce sont de grandes ouvertures. À l'époque, c'était quand même rare de grandes fenêtres ouvertes sur l'extérieur avec la lumière naturelle qui entre dans les bâtiments. Aujourd'hui, c'est à la mode, ce sont des maisons qui sont très faciles à vivre."

La villa Tugendhat, chef-d’œuvre de l’architecture fonctionnaliste à Brno, classée à l’Unesco depuis 2001. Des visites y sont proposées tous les jours (EMMANUEL LANGLOIS/FRANCEINFO)

Le plus bel exemple de cette architecture fonctionnaliste à Brno est la villa Tugendhat, chef-d’œuvre de l’architecture moderne, classée à l’Unesco depuis 2001. Des visites y sont proposées tous les jours.

Le lieu a aussi une portée historique, explique-t-il : "C'est ici, en 1993, qu’a été signée de façon pacifique la séparation de la Slovaquie et de la République tchèque puisque l'année prochaine, on fêtera les 30 ans de la Tchéquie."

Un tramway décoré aux couleurs de Noël file dans les rues de Brno. La ville est parfaitement desservie par des transports en commun ponctuels et rapides (EMMANUEL LANGLOIS/FRANCEINFO)

Né en Ardèche, étudiant à Grenoble, Franck Ferlay vit depuis des années à Brno. Prof d’histoire-géo depuis 24 ans dans un lycée bilingue de Brno, il a aussi ouvert il y a quatre ans avec un copain un bar à vin pas loin du centre, derrière la cathédrale, "Chez Franck & Thierry", où les deux gaillards se sont mis en tête de faire découvrir aux Tchèques les spécialités françaises.

 Né en Ardèche, étudiant à Grenoble, Franck Ferlay vit depuis des années à Brno. Il a ouvert il y a quatre ans avec un copain un bar à vin "Chez Franck & Thierry" (EMMANUEL LANGLOIS/FRANCEINFO)

Bataille des trois Empereurs

Quant à la ville de Brno, elle mérite le détour, assure Franck Ferlay. On est bien loin de l’image grise et poussiéreuse qu’on peut avoir des grandes métropoles d’Europe centrale :

"On est sous la cathédrale près d'un quartier piéton médiéval avec une belle place et un marché quotidien aux légumes, aux fruits, avec des produits locaux. Maintenant, c'est vraiment une ville très moderne. Il y a un quartier high tech qui fonctionne très bien avec toutes les plus grandes sociétés informatiques et de télécommunications du monde. C'est vraiment une belle ville avec des activités diversifiées, que ce soit l'industrie, le commerce, mais aussi le monde universitaire et les technologies."

L'intérieur de la villa Tugendhat à Brno : "C'est ici, en 1993, qu’a été signée de façon pacifique la séparation de la Slovaquie et de la République tchèque puisque l'année prochaine on fêtera les 30 ans de la Tchéquie" explique Franck Ferlay  (EMMANUEL LANGLOIS/FRANCEINFO)

Patrie de l’écrivain Milan Kundera, Brno compte ainsi 60 000 étudiants dont une bonne partie venue de la Slovaquie voisine. Située à une vingtaine de kilomètres d’Austerlitz, Brno est aussi entrée dans l’Histoire grâce à la célèbre bataille des trois Empereurs (Napoléon Ier, François Ier et Alexandre Ier), et la victoire de Napoléon le 2 décembre 1805. Chaque année, on y commémore d’ailleurs ce fait d’armes mémorable.

Le Théâtre Mahen de Brno. Il fut construit en 1882 dans les styles néo-renaissance, néo-baroque et néoclassique et l'un des premiers bâtiments publics dans le monde à être entièrement éclairé à la lumière électrique (EMMANUEL LANGLOIS/FRANCEINFO)

Plus globalement, la ville est à la croisée des chemins dans la région, assure le Français :

"On pense à Prague quand on dit Brno. Bien sûr, c'est la République tchèque, mais on est plus près de Vienne, en Autriche, et de Bratislava, en Slovaquie. Il y a beaucoup de gens qui visitent les capitales de l'Europe centrale et qui s'arrêtent à Brno. C'est l'étape idéale et agréable. On n'est pas très loin non plus de la Pologne, c'est le centre de l'Europe !" 

Agréable à la belle saison, cette cité ne manque pas d’attraits non plus en décembre, lorsqu’elle fête la Saint-Nicolas et déploie son marché de Noël.

Représentation de l’opéra "La Bohème" de Giacomo Puccini au théâtre de Janáček à Brno. Ce théâtre est le plus grand monument existant en l’honneur du compositeur dont la statue domine les visiteurs au niveau du fronton du théâtre (EMMANUEL LANGLOIS/FRANCEINFO)

Aller plus loin

Se renseigner : visitczechrepublic.com

Visiter la villa Tugendhat

Retrouvez cette chronique sur l'appli, le site et dans le magazine de la mobilité internationale Français à l'étranger.fr

Vue de l'intérieur de l’église de Saint-Jean au monastère des Minorités à Brno (EMMANUEL LANGLOIS/FRANCEINFO)

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.