Expliquez-nous, France info

Expliquez-nous... un micro-parti

"Jeanne", le micro-parti de Marine Le Pen, Jeanne, a été mis en examen hier dans l'enquête sur le financement des campagnes du Front national .

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
(Marine Le Pen lors du discours du 1er Mai à Paris. © Maxppp)

Un micro-parti est un parti politique comme les autres soumis aux mêmes obligations. Un parti en France, s'il veut beneficier de dons et de financements doit se soumettre à loi de 1988 sur la transparence de la vie politique et donc chaque année au contrôle de la Commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques.

Quiconque respecte cette obligation est un parti politique. Généralement sous la forme juridique d'une association 1901. Un parti politique est donc une association, personne morale de droit privé qui se soumet à la législation sur le financement des partis politiques. 

 

Il n y a pas d autres contraintes  ?

Ni la constitution, ni la loi ne définit plus précisemment ce qu'est un parti politique. Micro-parti, parti de poche ou parti politique c'est donc la même chose. Sauf que dans les faits, un micro-parti est très souvent sans adhérents mais avec de généreux donateurs. L'activité du micro-parti tourne autour d'une seule personnalité : un élu local, un député, un ministre ou une personnalité qui veut un minimum d'autonmie financière qu il n'a pas au sein d un grand parti. Ils disposent d'une totale liberté de création et de gestion. La multiplication de ces petites structures satellite permet aux donateurs de verser non seulement 7.500 euros par an au grand parti de son choix , mais aussi 7.500 euros à chacune de ces sous-formations. Ainsi en 2014 en France, il y avait 408 partis politiques répertoriés par la commission des comptes de campagne. Ils sont de plus en plus nombreux . En 1990, cette même commission recensait  seulement 28 partis politiques. 

Et  pourquoi on ne les connait pas  ?

Parce que très souvent ils ne servent qu'a recueillir des dons . Le micro-parti, lui, sert à financer souvent un seul candidat. Et  souvent ils ne s'en vantent pas et ne prétendent pas au financement public de toute façon diificile à obtenir. Mais leur nom apparait parfois dans les médias à l occasion d une campagne comme par exemple Désir d'Aveni r pour Segolène Royal en 2007 ou plus récemment la Droite Forte au sein de  l'UMP.  Et rien n'interdit d 'ailleurs aux partis de poche d'avoir de véritables activités avec de véritables militants.  Toutes les vidéos d'Expliquez-nous sont à retrouver ici

(Marine Le Pen lors du discours du 1er Mai à Paris. © Maxppp)