Expliquez-nous, France info

Expliquez-nous ... Starbucks

Alors que Starbucks est critiquée pour interdire l’accès de son magasin de Riyad aux femmes, France Info vous explique quelle est cette marque américaine.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
(L'enseigne Starbucks©MAXPPP)

Starbucks est la plus grosse chaine de cafés dans le monde avec 19.000 boutiques environ et  200.000 employés, qu’on appelle des «partenaires». Le groupe est coté au Nasdaq. Son chiffre d’affaires est d’environ 15 milliards de dollars et ses bénéfices, deux milliards. 

Une simple boutique au départ

La société Starbucks n’a pas toujours été aussi grosse. Elle a même commencé toute petite, en 1971 à Seattle aux Etats-Unis. Au départ, trois amis en ont assez de boire du jus de chaussette en guise de café. Ils sont obligés de faire venir leur café de Vancouver, juste en face, au Canada.  

Alors, ils décident de lancer un magasin de "bon café" où les clients viennent s’approvisionner. C’est décontracté,  il y a du choix et ça fonctionne. Mais en 1980, il n’y a que 4 magasins Starbucks dans Seattle.

Le décollage des années 80

Un homme appelé Howard Schultz entre dans l’affaire et fait passer Starbucks à la vitesse supérieure, pour en faire des lieux de vie, des salons où l’on peut boire des expressos comme en Italie. L’entreprise se développe dans tous les Etats-Unis, puis à l’international. Elle arrive en France assez tardivement, en 2004 et aujourd’hui et elle y compte 90 boutiques aujourd’hui.

Starbucks, c’est "cool"

Pour séduire une clientèle urbaine, branchée,  aisée, et concernée par le monde qui l’entoure, Starbucks se vante de faire du commerce équitable avec les producteurs de café, de faire du recyclage de déchets, de travailler les rapports sociaux, par exemple, en finançant les diplômes de ses salariés sous certaines conditions.  Sur le site de Starbucks, il est écrit : "Nous avons deux objectifs, partager un café de qualité avec nos amis et participer à rendre le monde un peu meilleur".

"Cool", mais mauvais contribuable

Starbucks n’est pas pour autant irréprochable. Car derrière la com’, il y a une société qui est poursuivie par les autorités européennes pour ne pas payer ses impôts comme elle devrait le faire. Et cela concerne plusieurs pays d’Europe. En France par exemple, Starbucks ne paie pas d’impôt sur les sociétés depuis son installation chez nous, car elle ne fait pas de bénéfices.

Tour de passe-passe

Et pourtant, ça marche en France. Le chiffre d’affaire n’arrête pas de monter et les boutiques ouvrent régulièrement. Mais voilà, par d’habiles tours de passe-passe financiers, la maison-mère fait payer beaucoup de choses à ses filiales qui ne parviennent pas à faire de bénéfices dans le pays concernés en France, en Allemagne, en Grande-Bretagne pendant longtemps.

Quant à l’argent récupéré par la maison-mère, il ne va pas aux Etats-Unis où il serait lourdement taxé, mais dans un pays européen … les Pays-Bas où la fiscalité est très accommodante. C’est aussi ça, Starbucks.    

Toutes les vidéos d'Expliquez-nous sont à retrouver ici

(L'enseigne Starbucks©MAXPPP)