Cet article date de plus de sept ans.

Expliquez-nous… les universités d’été

écouter (453605min)
Les socialistes viennent de clore leurs universités d'été à la Rochelle et la plupart des partis politiques en organisent dans les jours qui viennent. Histoire d’une tradition qui n’est pas politique au départ.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Les Universités d'été du PS à la Rochelle le 29 aout 2014©MAXPPP)

Bien loin du bruit médiatique et politique, l’origine des universités d’été remonte au 19ème siècle de l’autre côté de l’Atlantique. Dans les années 1870, aux Etats-Unis, des universités décident d’ouvrir pendant la saison estivale pour permettre à des enseignants du primaire et du secondaire d’approfondir leurs connaissances. Elles s’ouvriront ensuite à des étudiants, notamment étrangers, puis à d’autres catégories de population.

 

Plus près de nous, dans la foulée de mai 68, des universités d’été fleurissent avec des forums, des colloques, des débats. Les participants échangent des idées dans une ambiance détendue. Il y a des universités d’été sur tout, de l’écologie à la religion en passant par l’homosexualité ou les médias.

Universités d'été politiques

Dans la vie politique française, les universités d’été apparaissent il y a plus en de 30 ans. En 1983, c’est le RPR, alors dans l’opposition, qui lance le phénomène. Le jeune Roger Karoutchi organise les premières universités d’été des jeunes du RPR en Avignon.

Au Parti socialiste, les premières universités d’été se tiennent à la Garde-Freinet, dans le Var alors que la ville de Rochelle ne sera choisie qu’en 1993. Au départ, il n’y a pas grand monde dans ce rendez-vous, 200 personnes à tout casser, selon les témoins de l’époque. On y trouve surtout des ateliers. L’objectif est alors de former des militants en confrontant les idées, loin de toute  pression médiatique.

La mode se propage dans tous les partis politiques. Résultat, rien qu’en 2013, il y a eu une douzaine d’universités d’été en France, du NPA au Front national en passant par le MoDem. Et nous ne comptons pas les universités d’été hors partis politiques, comme celle du Medef par exemple.

Politique politicienne  

Aujourd’hui, les universités d’été sont devenues des rendez-vous politiques et médiatiques majeurs. Au PS, près de 5.000 participants étaient à la Rochelle le week-end dernier. Mais les colloques sont éclipsés par les discours des ténors, les rassemblements des différentes écuries. Les enjeux d’appareils sont dans les esprits même si les cravates ne sont plus autour du cou.

 

En fait, ces rassemblements sont souvent mis en scène pour la presse. Le summum, c’était  en 2005 aux universités d’été de l’UMP à la Baule en plein affrontement Sarkozy/Villepin. Dominique de Villepin se fait filmer sortant de l’océan, le torse ruisselant, en train de courir sur la plage pendant que Nicolas Sarkozy, lunettes noires et visage fermé, l’attend en terrasse pour prendre le petit déjeuner. Cette année, l’UMP n’aura pas à gérer ce genre de séquence car il n’y aura pas d’université d’été, faute de moyen et d’unité.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Expliquez-nous

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.