Question d'éducation, France info

Expliquez-nous... Le service national universel

Alors que 13 jeunes volontaires du futur "service national universel" ont présenté aujourd'hui l'uniforme qu'ils porteront en juin prochain, focus de franceinfo sur ce qu'est exactement le SNU. 

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
De jeunes volontaires du \"service national universel\" entourent le secrétaire d\'Etat chargé de la jeunesse, Gabriel Attal.
De jeunes volontaires du "service national universel" entourent le secrétaire d'Etat chargé de la jeunesse, Gabriel Attal. (FRANCOIS GUILLOT / AFP)


Le service national universel a été pensé avec un objectif principal: permettre à terme, à tous les Français de 15-16 ans, de développer une culture de l'engagement, permettre un brassage social, territorial et éveiller ces jeunes à des enjeux en matière de citoyenneté, d'environnement, de sécurité, de défense. Il ne s'agit pas, pour autant, de rétablir le service militaire qui a été suspendu en 1997.

Une première phase obligatoire, une deuxième phase sur la base du volontariat

Le SNU comportera une première phase d'un mois maximum, obligatoire pour toute cette tranche d'âge.

Cette première phase commencera par une période dite de "cohésion" de 15 jours, collective, durant laquelle des jeunes venus de différents départements seraient logés ensemble, en internat. Ils seraient formés aux premiers secours, aux réactions à avoir en cas d'attentats ou de catastrophe naturelle. Ils pourraient passer le code de la route. Ils suivraient des modules de connaissance des services publics et des institutions -nationales et européennes- des modules sur le développement durable, sur la culture et le patrimoine ainsi que des activités sportives...

Durant une deuxième période de 15 jours, ces jeunes mèneraient une mission d'intérêt général, par exemple dans une association, dans la région où ils résident.

Celles et ceux qui le souhaitent pourraient ensuite poursuivre le SNU, sur la base d'un engagement volontaire, de trois mois à un an, entre 16 et 25 ans. Cet engagement pourrait se dérouler au sein d'une association, d'une collectivité locale, de services publics, de l'armée, de la police, des pompiers, ou d'un service chargé de la préservation de l'environnement ou du patrimoine.

Une généralisation progressive à toute une classe d'âge

Le gouvernement évoque désormais la possibilité d'une généralisation du dispositif dés 2022-2023 -et non plus 2026 comme annoncé à l'origine.

D'ici là, il y aura donc une première "phase test", de deux semaines, en juin prochain, à laquelle vont participer 2 000 volontaires venus de 13 départements. Ils effectueront ensuite leurs 15 jours "d'engagement" entre juillet prochain et juin 2020.

Le projet est d'élargir la phase test à 40.000 jeunes, dans toute la France l'an prochain, puis de l'étendre à toute une classe d'âge -à tous les jeunes de 15-16 ans, qui ont terminé leur cursus au collège. La mise en place serait donc progressive.

Les freins potentiels

Aux inévitables questions budgétaires à prendre en compte, s'ajoute la nécessité de convaincre celles et ceux qui, en classe de seconde, ne voient pas spontanément l'intérêt d'un dispositif obligatoire. La généralisation du dispositif suppose aussi des formateurs, donc des formations destinées aux militaires ou aux éducateurs appelés à encadrer ce SNU, afin de faire en sorte qu'il se déroule au mieux, y compris concernant la sécurité des participants.

De jeunes volontaires du \"service national universel\" entourent le secrétaire d\'Etat chargé de la jeunesse, Gabriel Attal.
De jeunes volontaires du "service national universel" entourent le secrétaire d'Etat chargé de la jeunesse, Gabriel Attal. (FRANCOIS GUILLOT / AFP)