Expliquez-nous, France info

Expliquez-nous : la classification des films

Après le succès du livre éponyme, le film 50 nuances de Grey sort ce mercredi. Il s'agit d'un film érotique interdit au moins de 12 ans. Comment fonctionne exactement cette classification des films ?

(La commission ne peut pas proposer de modification du film, ni exercer de coupe pour certaines scènes © Maxppp)

C’est le ministère de la Culture qui décide et délivre les visas d’exploitation des films. Visa nécessaire pour être présenté au public en salle. Ce visa est délivré après avis de la commission de classification des œuvres cinématographiques du Centre national du cinéma.

Le visa concerne absolument tous les films : long et court métrages mais aussi bandes annonces sont visionnés par le CNC, soit environ 1.400 films chaque année La Commission est composée avec un objectif : représenter les différentes parties du débat de société qu'appelle la classification des fi.lms. Il y a quatre collèges : les experts, comme les médecins par exemple, les professionnels du cinéma, les représentants des différentes administrations et des représentants de la  jeunesse, nommés par le ministère de la Culture. Le rôle de la Commission se limite à la seule classification. Elle ne peut pas proposer de modification du film, ni exercer de coupe pour certaines scènes.

Premier comité de classification

Des séances sont organisées chaque jour matin et après-midi : les films sont d'abord visionnés en premier examen par un comité de classification. Après visionnage, un rapport fait état de l'avis de chacun. Ce rapport définit le type de film et souligne éventuellement  les séquences ou images susceptibles de donner lieu à des remarques particulières.

Ce comité de classification fait office de "filtre". Lorsqu'il recommande à l'unanimité une autorisation tous publics, le film n'est pas renvoyé en commission de classification. Un avis est transmis et le ministère généralement le suit à 99 %. En revanche, dès lors que deux au moins des membres se prononcent en faveur d'une mesure de restriction, le film est visionnée par la commission de classification.

Interdiction totale

Après vote, seule cette commission de classification peut proposer une mesure de restriction au ministre : interdiction aux moins de 12, 16 ou 18 ans. L'interdiction totale d'un film peut être également demandée.  Une telle mesure n'a pas été proposée depuis 1979. Cet avis est transmis au ministère et le film dans 99 % des cas obtient son visa d’exploitation avec une restriction. Par exemple Interdiction au moins de12 ans comme pour 50 Nuances de Grey.  

Enfin dans le cas très rare où le ministre n’est pas d'accord, il demande alors un nouvel examen au CNC. Il n'y a pas de critère précis de la part du CNC ou du ministère. Tous les films sont regardés de la même manière, sans préjugés. Il n y a en tout cas pas de méthodologie, ni de grille d'évaluation. La Commission apprécie l'œuvre dans son ensemble.

Le cas des scènes de sexe non simulées

Deux cas précis retiennent quand même l’attention : les scènes de sexe non simulées et la très grande violence : le ministère alors décide de les classer film pornographique ou d’incitation à la violence. Ils sont alors exclus de l'exploitation habituelle. Il y a enfin un problème qui n'est pas du ressort du CNC, ni du ministère : celui des bandes annonces inappropriées présentées par exemple avant un dessin animé pour très jeunes enfants.  Là c'est l'exploitant qui est responsable et qui doit sélectionner ces bandes annonces.

(La commission ne peut pas proposer de modification du film, ni exercer de coupe pour certaines scènes © Maxppp)