Expliquez-nous, France info

Expliquez-nous... L'évolution du marché aéronautique mondial

Alors qu'Airbus annonce avoir remporté une commande historique de 430 avions A320neo auprès du fonds d'investissement américain Indigo Partners, franceinfo dresse un panorama du marché aéronautique actuel. 

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
avatar
Emilie GautreaufranceinfoRadio France

Mis à jour le
publié le

Un Airbus A321 Neo, en Novembre 2017, à l\'aéroport du Bourget, à Paris. 
Un Airbus A321 Neo, en Novembre 2017, à l'aéroport du Bourget, à Paris.  (ERIC PIERMONT / AFP)


Rappelons d'abord que le marché global -civil et militaire- se porte bien.

Le trafic aérien ne cesse d'augmenter. Airbus et Boeing misent sur un doublement de leurs flottes d'ici 2020.

La croissance du secteur est tirée par l'essor des compagnies à bas coûts.

La demande d'avions militaires augmente aussi, dans un contexte de budgets consacrés à la défense globalement en hausse.

Les risques d'annulations de commandes restent relativement bas.

Le secteur est donc florissant, même si certains marchés, comme l'aviation d'affaire ou les hélicoptères, connaissent des difficultés.

Deux grands leaders qui ne sont plus seuls...

Boeing était toujours devant Airbus en terme de chiffre d'affaire l'an dernier. L'Américain devançait également l'Européen pour ce qui est des livraisons d'avions. Airbus avait l'avantage en matière de carnet de commandes.

Sur ce plan, Airbus était, avant l'énorme commande d'aujourd'hui, plutôt à la traîne cette année. Boeing dominait le marché à 65% et avait il y a quelques jours marqué des points avec la commande par la compagnie Emirates de 40 Boeing Dreamliner 787, alors que dans le même temps l'espoir d'Airbus de vendre à la plus grosse compagnie du Moyen Orient de nouveaux A 380 ne s'est toujours pas concrétisée

La commande record d'aujourd'hui change la donne sur le long terme.

... sur un marché où la Chine pourrait bientôt jouer un rôle central.

Des concurrents potentiels sérieux apparaissent. Des projets aéronautiques sont lancés en Turquie, au Brésil -le constructeur brésilien Embraer est l'un des plus gros exportateurs du pays- en Russie, ou au Japon avec la première livraison, a priori désormais mi 2020, par Mitsubishi Aircraft de son avion de 70 à 90 places, le MRJ.

Au premier rang des pays à suivre de près il y a la Chine, deuxième marché aéronautique mondial, qui pourrait bientôt passer devant les Etats Unis. Le trafic passagers a quadruplé dans le pays ces dix dernières années.

L'avionneur d'Etat, Comac, est au stade des vols d'essai de son moyen courrier C919 et s'est allié à un consortium russe pour développer un avion gros porteur, le C929.

Pour encourager leurs ventes en Chine, Airbus et Boeing s'y installent. Boeing a dévoilé fin septembre son premier centre de finitions pour moyens courriers B737. Airbus est seul à possèder dans le pays une ligne d'assemblage dont sont sortis, en dix ans, 330 A 320.

Face à cette concurrence accrue, face aussi à la montée des cadences, les deux leaders savent qu'ils vont devoir continuer à innover, à investir dans les nouvelles technologies de production et à produire des appareils qui répondent aux attentes nouvelles des acheteurs et des voyageurs.

Un Airbus A321 Neo, en Novembre 2017, à l\'aéroport du Bourget, à Paris. 
Un Airbus A321 Neo, en Novembre 2017, à l'aéroport du Bourget, à Paris.  (ERIC PIERMONT / AFP)