Cet article date de plus de deux ans.

Le monde captivant du paralympisme

Cécilia Berder, vice-championne olympique d’escrime à Tokyo nous fait entrer chaque semaine dans le monde olympique et paralympique.

Article rédigé par franceinfo, Cécilia Berder
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min
La skieuse française Marie Bochet lors du slalom géant des JO paralympiques à Pékin, le 11 mars 2022.  (LUO YUAN / XINHUA VIA AFP)

À Pékin, les Jeux paralympiques touchent à leur fin. Quelques épreuves au programme ce dimanche 13 mars, et la cérémonie de clôture, viendront célébrer les athlètes.

Après cette édition, on peut noter du mieux au niveau de la médiatisation et, à entendre certains sportifs, une plus grande part de professionnalisme se développe avec l'arrivée de nouveaux sponsors.

Les Jeux de Londres de 2012 auront été un vrai tournant pour accélérer la visibilité des Jeux paralympiques. Le monde du paralympisme a désormais rendez-vous en 2024 à Paris. Le comité d'organisation compte bien s'inspirer de cette édition anglaise pour faire aussi bien, voire mieux comme le précise Tony Estanguet, patron des Jeux parisiens. Les enjeux sont simples : mieux faire connaître les disciplines paralympiques et mieux connaître les athlètes aux parcours incroyables. La cerise sur le gâteau sera de laisser un héritage à la suite des Jeux, en faisant évoluer nos regards et nos connaissances sur le handicap.

Un message de paix

Beaucoup de choses sont à retenir de cette édition 2022. On peut déjà citer la performance XXL sur les pistes de la délégation ukrainienne, et l'émotion lors de leur entrée dans le stade à la cérémonie d'ouverture, où leur élégance et leur sobriété auront donné un beau message de paix.

Minute cocorico oblige : impossible de passer à côté de la ténacité d'une Marie Bochet, d'un Benjamin Daviet, d'un Maxime Montagionni, qui après un échec auront trouvé des ressources magiques pour gagner de nouvelles médailles.

Comment ne pas mettre en lumière Arthur Bauchet ? Un regard et un sourire si pétillants pour ce jeune skieur multimédaillé à Pékin qui, avec sa maladie et des douleurs indéfinissables aux jambes, trouvent toujours l'énergie de remonter sur ses skis. Ou encore le combat de Cécile Hernandez, la championne paralympique de snowboard cross, la doyenne de la délégation, qui pour une histoire de classification aura déjà dû gagner un combat juridique avant de s'imposer comme une reine sur la piste chinoise.

Je cite ici des médaillés, mais il y a tellement d'autres histoires inspirantes. Grâce notamment au programme La Relève, organisé par le comité paralympique, qui permet de rapprocher des personnes en situation de handicap, vers une activité sportive. Issu de ce programme, le snowboardeur Laurent Vaglica, victime d'un accident de moto en 2015, représente aujourd'hui l'équipe de France lors de ces Jeux.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.