En route vers Paris 2024, France info

En route vers Paris 2024. A la découverte de l'équitation

Chaque semaine, Cécilia Berder, membre de l’équipe de France d’escrime, nous invite à découvrir un sport olympique avant de l'admirer lors des Jeux de Paris en 2024. 

Le cavalier français Astier Nicolas, médaillé d\'or et d\'argent à Rio, le 9 août 2016.
Le cavalier français Astier Nicolas, médaillé d'or et d'argent à Rio, le 9 août 2016. (FRISO GENTSCH / DPA)

Les championnats de France à suivre du 21 au 29 juillet au Parc équestre fédéral à Lamotte-Beuvron

La course de chars à quatre chevaux, la course de mules attelées ou encore la course à cru… voici le programme de l’équitation aux Jeux, mais les Jeux antiques évidemment. Le cheval fait son apparition aux Jeux olympiques en 1900 avec une compétition de polo.

Pour retrouver l’équitation olympique dans son format actuel, saut d’obstacles, dressage, concours complet, il faut remonter aux Jeux de 1912.

Les épreuves olympiques sont disputées en individuel et par équipe.

Le saut d’obstacles consiste à franchir plusieurs obstacles dans un ordre précis et le plus rapidement possible. Les obstacles peuvent être verticaux comme les murs, les barrières ou les palissades. Ils peuvent aussi être larges : des barres disposées en escalier montant, des rivières ou deux plans verticaux à la suite. Enfin les obstacles peuvent être naturels, haies, buttes, trous et aussi bien sûr rivières. Une erreur de parcours, un refus, des barres renversées, un temps maximal dépassé : tout cela amène des pénalités. Une chute du cheval ou du cavalier est éliminatoire.

L’épreuve de dressage consiste pour le couple cavalier-cheval à réaliser plusieurs mouvements qui mettent en lumière la maîtrise du cavalier et la légèreté, le calme et l’écoute du cheval. L’épreuve se déroule dans une carrière de 60 m par 20 m. Chaque prestation démarre et se termine par un arrêt et un salut. C’est une épreuve artistique où tous les mouvements sont analysés par des juges.

La dernière épreuve olympique est le concours complet. Cette discipline est composée de trois épreuves : le saut d’obstacles, le dressage et le cross. Les épreuves sont réalisées par le même cavalier et le même cheval. C’est idéal pour admirer toute la polyvalence du couple. Le cross, l’épreuve la plus éprouvante pour le duo, se réalise sur parcours en milieu naturel. Les obstacles sont fixes et naturels (des troncs ou des rondins) et les chutes peuvent être spectaculaires.

La présence d’un animal

L’équitation (avec le pentathlon moderne qui a également une épreuve d’équitation) est le seul sport olympique où un animal est présent. La discipline se contemple vraiment à travers la performance de deux athlètes : le cavalier et le cheval. On a en mémoire quelques noms de grands cavaliers tricolores mais il tout aussi important de citer leur monture.

On pense à Astier Nicolas, champion olympique à Rio avec Piaf de B’Neville, Nicolas Touzaint et Galan de Sauvagère médaillés d’or par équipe en 2004, Alexandra Ledermann et Rochet M médaillée de bronze à Atlanta en 1996 ou encore peut être les plus célèbres Pierre Durant et Jappeloup double médaillé olympique à Séoul en 1988.

Enfin, autre particularité de l’équitation, c’est un sport mixte. Les deux sexes s’affrontent. Il n’y a pas de quota et les délégations créent leur équipe quel que soit le sexe des sportifs.

Le cavalier français Astier Nicolas, médaillé d\'or et d\'argent à Rio, le 9 août 2016.
Le cavalier français Astier Nicolas, médaillé d'or et d'argent à Rio, le 9 août 2016. (FRISO GENTSCH / DPA)