Cet article date de plus de sept ans.

Le gouvernement indien trop passif face aux tensions religieuses ?

écouter (70min)
Depuis plus de six mois, les minorités chrétiennes et musulmanes sont victimes d'intimidation en Inde. Après un long silence, le gouvernement a enfin réagi la semaine dernière. Peut-être trop tard.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
  (Narendra Modi , Premier ministre de l'Inde © Maxppp)

Eglises vandalisées et brûlées, conversions de force à l'hindouisme. Les tensions religieuses s'accroissent en Inde depuis près de six mois. Jusque-là, le Premier ministre Narendra Modi n'avait rien dit. Sa position est délicate, puisqu'il est lui même à la tête du parti national hindou. Mais les minorités religieuses ont trés mal vécu ce silence, la communauté internationale aussi, à tel point qu'il a fini par s'exprimer la semaine dernière, pour condamner ces actes d'intimidation.

Alors pourquoi ce revirement ? Les causes sont peut-être électoralistes, comme l'explique le correspondant de France Info en Inde, Sébastien Farcis.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.