Football : une prodige congolaise de 24 ans nommée arbitre internationale par la Fifa, un triomphe contre l'adversité

L'évènement est d’autant plus important que le foot a du mal à exister en République démocratique du Congo. La saison a été annulée cette année, faute de moyens financiers.
Article rédigé par France Info
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min
Un match de football à Kinshasa (République Démocratique du Congo) en février 2021. Photo d'illustration (ARSENE MPIANA / AFP)

Rachel Zihindula fait figure de jeune prodige dans le monde du football. En janvier dernier, elle a été nommé arbitre international par la Fifa, elle qui a pourtant grandi dans une région difficile.

>> République démocratique du Congo : Médecins sans frontières tire la sonnette d’alarme sur la situation humanitaire 

Trois fois par semaine depuis 2015, elle s’entraîne au stade de l’unité de Goma, le chef-lieu de la province du Nord-Kivu. Elle chausse les crampons, malgré l’insécurité qui règne en dehors de la ville, qui se trouve au cœur de différents conflits depuis près de 30 ans

"Ici, à Goma, les tracasseries sont nombreuses. Cela stresse, cela décourage. Il faut donc avoir la volonté et le courage de faire le boulot."

Rachel Zihindula, arbitre internationale

à franceinfo

Guerre contre les différents groupes armés qui minent la région, éruption du Nyiragongo, un volcan toujours en activité, sans compter le milieu modeste duquel elle vient... Les difficultés ont été nombreuses et Rachel aurait en effet pu perdre courage à plus d’un titre. Mais elle explique que la passion l‘a toujours emporté : "Dans l’arbitrage, j’ai toujours été courageuse, j’ai toujours aimé cela." Et elle fait aujourd’hui partie du vivier des 19 arbitres internationaux que compte la République démocratique du Congo.

Deux d’entre eux, Jean-Jacques Ndala et Olivier Safari, lui aussi de Goma, ont arbitré lors de la dernière Coupe du monde. Mais il manque des heures de jeu pour que les arbitres congolais puissent faire leurs preuves. Si les tournois provinciaux continuent, les tournois de Ligue 1 et de Ligue 2 ont été mis aux arrêts en décembre dernier. Ce que regrette bien évidemment Rachel.

"Le championnat national est pour le moment à l’arrêt pour cause de mauvaise organisation. Certes, le Congo vit beaucoup de choses… Ensuite, il y a la question financière que les dirigeants ne prennent pas au sérieux. Si c’était le cas, le championnat aurait pu se dérouler comme prévu", estime-t-elle. En cause, le manque de moyen de la fédération et des clubs, notamment pour financer les voyages des joueurs. C'est pourquoi les présidents des différents clubs ont décidé, fin avril dernier, d’annuler la saison, le temps de récolter de l’argent pour la prochaine.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.