En Italie, les très sérieux championnats du monde de la pizza sont de retour après deux ans de Covid-19

écouter (3min)

Derrière l’Italie, la France est le deuxième pays le plus représenté sur une quarantaine de nationalités présentes.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Carmelo Puglisi, champion d'Italie de la pizza, représente la France aux championnats du monde de la pizza qui se terminent le 7 avril 2022 à Parme.  (DYLAN MEIFFRET / MAXPPP)

Les championnats du monde de la pizza ont débuté mardi 5 avril à Parme, un retour après deux ans d’absence en raison de la pandémie de Covid-19. En Italie, la pizza est bien sûr une institution. Pour preuve, ces quelques chiffres : 3 milliards de pizzas sont consommées chaque année dans le pays, soit 200 pizzas par seconde.  

Près de 800 candidats venus d’une quarantaine de pays se mesurent pendant trois jours, c’est autant qu’il y a trois ans. L’Italie est surreprésentée avec 60% des pizzaioli en compétition. Tout de suite après vient la France, puis l'Espagne et les États-Unis. Il y aussi des Japonais, des Sud-Africains ou encore des Australiens. Et cette année, les organisateurs veulent mettre en avant les femmes même si elles représentent à peine 5% des inscrits.

Entre tradition et innovation  

Les candidats concourent dans plusieurs catégories. D’abord, la pizza classica. On peut y mettre ce que l'on veut. Ce qui compte c'est la créativité entre tradition et innovation. Il y a aussi la très sérieuse catégorie pizza napolitaine STG pour spécialité traditionnelle garantie, la pizza sans gluten, la pizza à deux, la pizza la plus large, la freestyle, une catégorie où le pizzaiolo est noté sur sa dextérité à faire tourner sa pâte à pizza en rythme et en musique... Et il y a la pizza la plus rapide. Le champion de 2019 a élaboré la sienne en 1'12".

Mais attention : il ne s’agit pas de plaisanter. Cette compétition est prise très au sérieux en Italie au point que lors de la dernière édition, le champion sacré dans la catégorie pizza napolitaine a failli être destitué : il venait  du Frioul, au nord-est de Venise, et pas de Naples. Le Napolitain qui a remis cette victoire en question est double champion du monde et ambassadeur international de la pizza napolitaine. Il a officiellement critiqué le travail des juges car selon lui, le Frioulan n'a pas respecté le cahier des charges. Il ne portait pas de chapeau ou de toque, il a utilisé trop d'huile d'olive alors qu'il faut la verser à la cuillère, en plus elle était dans une bouteille en plastique et n'était pas d'origine contrôlée ! Mais le champion du Frioul ne s'est pas laissé faire et il s'est permis d'écrire sur Facebook qu'il avait concouru dans la catégorie à laquelle "évidemment tous les Napolitains participent car ils sont convaincus d'être les meilleurs. Il y en avait 170 et j'ai gagné. Alors pendant 20 ans au moins, inclinez-vous devant le champion du monde et taisez-vous !" Un message provocateur qui fait le tour de l'Italie. En tous cas, il n'a pas été privé de son titre. On verra si cette année, les Napolitains parviendront à récupérer la palme. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.