En direct du monde, France info

En Indonésie, le déménagement controversé de la capitale dans une zone écologiquement fragile

C’est un projet titanesque que l'épidémie de Covid-19 a retardé, mais qui repart de plus belle aujourd’hui : en Indonésie, le déménagement du pouvoir exécutif de Jakarta à Bornéo.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
L\'actuelle capitale indonésienne, Jakarta, est régulièrement inondée. Ici le 20 février 2021
L'actuelle capitale indonésienne, Jakarta, est régulièrement inondée. Ici le 20 février 2021 (ARYA / AFP)

La capitale indonésienne, Jakarta, est polluée et a été construite de manière anarchique sur un marécage. Chaque année, elle s’enfonce un petit peu plus dans le sol. Le projet a donc été lancé par les autorités du pays de quitter Jakarta pour installer une nouvelle capitale sur l'île de Bornéo.

Les premiers dessins de cette future capitale viennent d'être dévoilés. Sur la vidéo diffusée via Instagram par le président Joko Widodo, on aperçoit une ville très verte, des éoliennes au loin, des passerelles piétonnes mais surtout le très controversé futur palais présidentiel en forme d’immense Garuda, cet aigle mythologique du blason national et qui fait ici 200 m d’envergure. De manière tout à fait symbolique, le nombre de plumes dans ses ailes, sa queue et son cou (respectivement 17, 8 et 45) rend hommage à la date de l’indépendance du pays, le 17 août 1945.

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Joko Widodo (@jokowi)


 
Mais sur Twitter, internautes, néophytes et architectes n'ont pas été tendres avec cette esthétique très premier degré, voire carrément kitsch pour certains et très propices aux memes. Face à ce tollé, les autorités ont alors assuré que ce design n’était pas définitif. 

Un coût estimé à 32 milliards de dollars

Autre problème soulevé : la priorité de ce projet colossal, alors que l’Indonésie peine à maîtriser la pandémie de coronavirus, et que 2020 a été la première année de récession économique depuis plusieurs décennies. 

Certes, l’état actuel de Jakarta est coûteux pour l'Indonésie. Rien que ses embouteillages monstres par exemple feraient perdre sept milliards de dollars chaque année au pays. Mais le projet de cette nouvelle capitale, dont la première pierre est censée être posée cette année, est estimé à 32 milliards de dollars. Le président assure que ce projet pourrait être source de croissance économique, mais pour certains chercheurs celle-ci ne s'élèverait qu'à 0,0001% du Produit National Brut. 

Des "alternatives" pour le futur palais royal proposées par un Twitteur :

Inquiétude environnementale

Pour d’autres observateurs inquiets, déplacer la capitale de Jakarta à Bornéo c’est résoudre une catastrophe environnementale en en créant une autre. Car sur cette île célèbre pour ses orangs-outangs en voie d’extinction, l’écosystème est déjà menacé par la déforestation et les populations subissent de fréquentes inondations. Ces problèmes pourraient être aggravés par la construction de routes autour de cette nouvelle capitale sortie de nulle part, ou par la production et l’acheminement de toutes les matières premières nécessaires pour ce chantier gigantesque.

Mais le président Joko Widodo semble déterminé à donner vie à cette nouvelle capitale étroitement liée à sa personne : c'est lui qui a annoncé le projet il y a deux ans. Les premiers habitants pionniers sont censés prendre place dans cette ville en 2024, dernière année de son mandat en cours.
 

L\'actuelle capitale indonésienne, Jakarta, est régulièrement inondée. Ici le 20 février 2021
L'actuelle capitale indonésienne, Jakarta, est régulièrement inondée. Ici le 20 février 2021 (ARYA / AFP)