En direct du monde, France info

En direct du monde. En Corée du Sud, une réplique grandeur nature de Panmunjeom, point de contact entre les deux Corées

Une majorité de Coréens accueille favorablement le rapprochement avec le voisin nord-coréen. Cet accueil prend parfois des formes surprenantes, comme  dans cette réplique grandeur nature de Panmunjeom, point de contact entre les deux Corées, conçue pour le cinéma, où l'ambiance est pour le moins... détendue.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Des visiteurs pennent la pose sur la réplique de ligne de démarcation de Panmunjom, le 5 mai 2018.
Des visiteurs pennent la pose sur la réplique de ligne de démarcation de Panmunjom, le 5 mai 2018. (ED JONES / AFP)

Alors que le président américain Donald Trump entretient le plus grand flou sur sa propre rencontre avec Kim Jong-un et que des négociations acharnées ont lieu entre Pyongyang et Washington cette semaine, en Corée du Sud, une majorité accueille favorablement ce rapprochement avec le voisin nord-coréen. Cet accueil prend parfois des formes surprenantes.

Le décor a été construit il y a vingt ans

Et notamment dans cet immense studio de cinéma, où a été installé une réplique grandeur nature de Panmunjeom, le seul point de contact sur la frontière entre les deux Corées. Ce décor de cinéma a été construit il y a 20 ans pour le tournage d’un film baptisé JSA. Et depuis que les dirigeants sudiste et nordiste se sont retrouvés à Panmunjom à deux reprises, un grand nombre de Sud-Coréens visitent ce studio, en famille ou entre amis, pour se prendre en photo et reproduire la célèbre poignée de main entre Kim Jong-un et Moon Jae-in au-dessus de la ligne de démarcation... L’ambiance est plutôt détendue : on vient ici pour s’amuser et, d’une certaine façon, célébrer le rapprochement intercoréen. Baraquements bleu ciel à cheval sur la frontière, ligne de démarcation en béton sur le sol... ce faux Panmunjom est particulièrement réaliste. On s'y croirait presque, à condition de faire abstraction d’un énorme bateau pirate posé à une vingtaine de mètres de là.

Les degrés de confiance sont variables

Depuis le premier sommet de fin avril, l'image de Kim Jong-un a changé en Corée du Sud : dans un sondage réalisé au lendemain du sommet, près de 80% des Sud-Coréens disaient faire confiance au dirigeant nord-coréen. Les degrés de confiance sont évidemment variables. sûr, il y a plusieurs degrés de confiance... "Un sommet ne suffira pas à lui seul pour nous débarrasser de toute notre méfiance à l’égard de Kim Jong-un et de son régime, explique ainsi Wie Seong-hyun, 60 ans, venu avec ses collègues de bureau visiter ce faux-Panmunjeom. Mais depuis, mes sentiments à l'égard de Kim Jong-un et des autres dirigeants nord-coréens se sont considérablement adoucis." 

Mais tout le monde n’est pas aussi optimiste. "On ne peut pas faire confiance au régime du Nord, confie ainsi Kang Byung-chan, 70 ans, venu pique-niquer avec des amis. Il nous a déjà dupés plusieurs fois. Si [le processus de dialogue] se passe bien, tant mieux. Sinon... eh bien, on se sera fait avoir, une fois de plus !" Avec une opinion sud-coréenne davantage en faveur d’un dialogue avec Pyongyang, il sera plus difficile pour les Etats-Unis d’obtenir l’assentiment de la Corée du Sud pour appliquer la manière forte sur le turbulent voisin nord-coréen...    

Des visiteurs pennent la pose sur la réplique de ligne de démarcation de Panmunjom, le 5 mai 2018.
Des visiteurs pennent la pose sur la réplique de ligne de démarcation de Panmunjom, le 5 mai 2018. (ED JONES / AFP)