En direct du monde, France info

En direct du monde. En Chine : des femmes se rebellent contre le parti au pouvoir.

A Pékin, des femmes qui ont  défié le Parti communiste en se présentant comme candidates indépendantes continuent de se mobiliser  pour faire entendre leur voix. A leur tête, une retraitée, Mme Ye .

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
La journaliste Dominique André, correspondante en Chine pour franceinfo, entourée de Mme Ye et de Mme Zhu.
La journaliste Dominique André, correspondante en Chine pour franceinfo, entourée de Mme Ye et de Mme Zhu. (Dominique André)

Des femmes viennent de défier le Parti communiste chinois en se présentant à des élections locales. Elles ont à leur tête une dame de 64 ans. C’est la deuxième fois qu’elle se présente à ce scrutin organisé tous les cinq ans. Cette année, il y avait 18 candidats indépendants. Il s’agit de la seule élection directe en Chine qui permet aux électeurs de choisir leurs représentants dans les assemblées populaires locales où sont examinés des sujets comme les transports publics ou le traitement des déchets. La loi chinoise dit que toute personne agée de plus de 18 ans peut être candidate et voter. Sauf que ça c'est sur le papier. En réalité, la majorité des candidats appartient au Parti communiste.

Harcelée, Mme Ye n’a pas pu aller au bout de ce processus électoral rarissime en chine. Aujourd’hui, elle a décidé de prolonger sa campagne en parlant aux journalistes étrangers. "Tant qu’ils ne nous frapperont pas à mort, on continuera. On savait bien qu’on ne serait pas élu, mais on l’a fait pour la démocratisation de la chine, on n’a pas peur. En fait, tous les les gens qu’on rencontre lèvent le pouce pour nous encourager, ils nous disent : vous êtes forts ! Faites attention à votre sécurité ! Cette année, beaucoup de gens ont écrit pour réclamer leur carnet de vote auprès de l'assemblée populaire de pékin. Aujourd’hui je peux rencontrer les journalistes, mais ils savent que je vous vois , mon téléphone portable, celui de la maison et de ma famille sont tous écoutés. Je suis toujours stressée."

D'autres candidats malheureux se mobilisent toujours 

Une autre retraitée accompagne Mme Ye dans sa tournée des bureaux de presse Elle s’appelle Zhu Xiuling et a subi de fortes pressions : "Cette année je me suis présentée comme candidate indépendante, 24 heures sur 24, il y avait un policier en civil devant ma porte, en bas de mon immeuble, il y a vait une voiture de police, et j’étais suivie même quand je promenais mon chien. Les gens me demandaient pourquoi es-tu suivie ? Quel est le probleme ? J’ai expliqué que c'était pour les élections. C'est quoi les élections me disaient-ils ? Je leur ai expliqué ce qu'est un vote. Ce qu’on fait a un sens pour le pays, pour la societe, surtout pour les pauvres gens comme nous."

Le président chinois s'est deplacé en personne dans un bureau de vote à Pékin pour élire les representants locaux de son district. Mais les candidats sont tous ou presque adoubés par le Parti communiste. C'est ce que Xi Jinping appelle  : "La démocratie aux caractéristiques chinoises." 

La journaliste Dominique André, correspondante en Chine pour franceinfo, entourée de Mme Ye et de Mme Zhu.
La journaliste Dominique André, correspondante en Chine pour franceinfo, entourée de Mme Ye et de Mme Zhu. (Dominique André)