En direct du monde, France info

En direct du monde. En Autriche, une pétition réclame un référendum pour interdire la cigarette dans les restaurants

C'est l'un des derniers "paradis des fumeurs" : le gouvernement d'extrême-droite a abrogé une loi qui devait interdire le tabac dans les restaurants en mai prochain. Depuis, des médecins, des citoyens et plusieurs élus réclament un vote sur la question. 

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Le parti a fait pression sur son partenaire conservateur pour abroger la loi de 2015 qui prévoyait de bannir la cigarette des lieux de restauration.
Le parti a fait pression sur son partenaire conservateur pour abroger la loi de 2015 qui prévoyait de bannir la cigarette des lieux de restauration. (ALEXIS SCIARD / MAXPPP)

Alors que le mois sans tabac débute le 1er novembre en France, en Autriche le débat fait rage autour de la cigarette dans les bars et restaurants. Fumer aurait dû y être interdit depuis le 1er mai, mais le retour au pouvoir du FPÖ, le parti d’extrême droite, a complètement changé la donne dans le "dernier paradis des fumeurs".

La cigarette de retour au restaurant 

La liberté de fumer, c’est l’un des chevaux de bataille du FPÖ. Le parti a fait pression sur son partenaire conservateur pour abroger la loi de 2015 qui prévoyait de bannir la cigarette des lieux de restauration. C’est donc grâce, ou à cause, du FPÖ que l’Autriche est aujourd’hui l’un des rares pays européens où l’on peut fumer dans les établissements qui ont un espace dédié ou dans ceux qui font moins de 50m2, si l’exploitant le souhaite. Une régression qui ne passe pas en Autriche : l’Ordre des médecins a lancé une pétition officielle qui réclamait l’interdiction totale du tabac dans les bars et restaurants. 880 000 personnes ont signé ce texte, ce qui représente 14% du corps électoral autrichien.

Une pétition insuffisante 

Les opposants visaient 900 000 signatures, un seuil qui n’est pas anecdotique, car dans le programme du gouvernement figure un projet de réforme qui stipule que les pétitions officielles qui obtiennent ce seuil symbolique de 900 000 signatures feront l’objet d’un référendum. Mais cette mesure ne devrait être mise en œuvre qu’en 2022, a expliqué Heinz-Christian Strache, le chef du FPÖ. Pour l’opposition, cette réponse est une manière d’éviter le débat et de bafouer l’opinion de milliers de personnes.

Pourtant les sondages montrent, en effet, qu’une majorité d’Autrichiens sont favorables à un référendum sur cette question. "La plupart des Autrichiens veulent une interdiction totale de la cigarette dans la restauration", explique Christina Hummel, propriétaire d’un café à Vienne. "Même les clients fumeurs avec qui je discute sont pour, beaucoup ont signé cette pétition ! Si on regarde les autres grandes villes, les autres pays, on voit que ça fonctionne partout dans le monde. Pourquoi la petite Autriche devrait-elle faire exception ?", s'interroge-t-elle. 

L'un des plus haut taux de fumeurs de l'UE

Outre de nombreux citoyens, l’opposition rassemble des personnalités politiques de tout bord, y compris certains membres du parti conservateur, les maires de Salzbourg et de Graz notamment. Il faut dire que les chiffres sont alarmants : 30% des Autrichiens de plus de 15 ans sont des fumeurs, c’est le troisième plus haut taux de l’Union européenne. Chaque année, 13 000 personnes meurent de maladies liées au tabac en Autriche.

Le parti a fait pression sur son partenaire conservateur pour abroger la loi de 2015 qui prévoyait de bannir la cigarette des lieux de restauration.
Le parti a fait pression sur son partenaire conservateur pour abroger la loi de 2015 qui prévoyait de bannir la cigarette des lieux de restauration. (ALEXIS SCIARD / MAXPPP)